Société
URL courte
22530
S'abonner

Après deux ans de marche à pied, le voyageur pétersbourgeois Sergueï Chtcheouline est arrivé lundi à Vladivostok.

Il a fallu presque deux ans à Sergueï Chtcheouline, âgé de 24 ans, pour effectuer le voyage de Saint-Pétersbourg à Vladivostok à pied, rapporte lundi sur les réseaux sociaux le groupe qui suit les déplacements du voyageur.

"La ville de Vladivostok me plaît. Elle est plus calme qu'Oussouriïsk. J'ai marché pendant une année et huit mois avant d'y arriver", a raconté le Pétersbourgeois lors d'une rencontre avec les habitants de la ville. 

Et d'ajouter qu'il entendait ensuite se rendre à Sakhaline et au Kamtchatka.

"Je voyage à pied depuis cinq ans déjà. Au début, mes voyages se limitaient à ma ville natale de Saint-Pétersbourg, dont je n'ai d'ailleurs pas visité tous les coins. Plus tard, je me suis rendu en Crimée. Je suis allé plusieurs fois à Sotchi, mais des distances plus longues me tentaient. Et voilà que j'ai décidé de me promener jusqu'à Vladivostok", a confié le jeune homme. 

Il a avoué ne pas avoir d'objectif précis, mais vouloir tout simplement voir le monde et rencontrer des gens. 

"Il m'arrive de me faire embaucher sur un chantier comme manœuvre. En traversant récemment la région de l'Amour, j'ai habité pendant un certain temps auprès d'une église dans la ville de Zavitinsk. C'était bien, mais j'ai décidé de poursuivre le voyage. Je ne reste jamais longtemps dans les endroits que je visite", a indiqué le voyageur.

Lire aussi:

Moscou publie sa liste des «pays inamicaux» et explique les mesures qui les attendent
La Chine met-elle sur pied une invincible armada? - vidéo
Trois roquettes tirées en direction d'Israël depuis le territoire syrien
Une journaliste d’Al Jazeera en direct près d’une tour à Gaza au moment où deux bombes la ciblent – vidéo
Tags:
voyageur, voyages, Sergueï Chtcheouline, Oussouriïsk, Zavitinsk, région de l'Amour, Sakhaline, Vladivostok, Kamtchatka, Saint-Pétersbourg, Sotchi, Crimée, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook