Ecoutez Radio Sputnik
    musulman

    Quand l'Europe aimait l'islam...

    © Flickr/ Darren Johnson / iDJ Photography
    Société
    URL courte
    Crise migratoire (785)
    31632

    Bien avant que l'Europe n'ait commencé à bannir le hijab, fuyant la modernité et en quête d'une nouvelle philosophie, des intellectuels et des aristocrates européens ont changé leurs noms pour devenir Abdullah ou Muhammad et fréquenté les mosquées locales.

    Plus d'un million de réfugiés en provenance du Proche-Orient sont arrivés en Europe en 2015. En 2016, plus de 180.000 ont déjà traversé la Méditerranée pour aborder l'Europe. Cette énorme population musulmane doit être intégrée dans la société européenne, et il est impossible de résoudre ce problème en un jour. De plus, la perception négative de cette culture étrangère favorise le renforcement des partis d'extrême droite et est aggravée par les attentats terroristes.

    Cependant, les Européens semblent oublier qu'auparavant la culture et la religion musulmanes n'étaient pas perçues comme un symbole de terrorisme ou d'ignorance. Au contraire, après la Grande Guerre, de nombreux Européens ont été déçus par le monde chrétien et ont commencé à chercher une alternative spirituelle qui puisse les aider à comprendre le destin de l'humanité. Beaucoup se sont alors tournés vers l'islam, rapporte le magazine américain Foreign Policy.

    Pendant la Grande Guerre, les gouvernements français et britannique prêtaient beaucoup d'attention à leurs soldats en provenance des colonies africaines, sur lesquels ils comptaient.
    Après le premier afflux migratoire du XXe siècle, l'islam a suscité un intérêt croissant parmi les gouvernements européens progressistes du Royaume-Uni, de l'Allemagne, de la France et des Pays-Bas.

    D'après le magazine, en temps de paix, les migrants venus en Europe avaient accès aux soins de santé et à un régime alimentaire spécial. En France, le gouvernement ne ménageait pas ses efforts et l'argent pour construire des mosquées. Les intellectuels et les aristocrates européens considéraient l'islam comme une nouvelle philosophie de la vie.

    Ansi, au début du XXe siècle, prédisant à l'islam la prospérité au Royaume-Uni, le baron Rowland George Allanson Allanson-Winn s'est converti à cette religion et a changé le nom pour Chaikh Rahmatullah al-Farouqe. Après son pèlerinage à La Mecque, il a servi d'exemple pour tous les Britanniques, nouveaux musulmans.

    Le philosophe Hugo Marcus s'est également converti à l'islam et est devenu une figure clé au sein de la société musulmane à Berlin. Conformément à l'esprit du temps, Marcus méditait sur un "nouvel homme" et affirmait que la religion musulmane faisait partie intégrante de sa formation.

    L'Autrichien Leopold Weiss, qui était écrivain, journaliste et diplomate, s'est aussi converti à l'islam et est devenu Muhammad Asad. Il est connu comme l'auteur du livre "Le Chemin de La Mecque", mais son ouvrage principal est sans doute sa traduction classique du coran de l'arabe à l'anglais.

    Ainsi, l'intérêt des Européens pour la culture et la religion musulmanes est venu de l'intérieur, du désir de fuir une modernité oppressante et de s'imprégner d'une nouvelle philosophie.
    Le magazine américain conclut que c'est cette page de l'histoire oubliée qui doit nous aider à comprendre que les musulmans et les Européens peuvent cohabiter dans la paix et l'harmonie.

    Dossier:
    Crise migratoire (785)

    Lire aussi:

    Les mosquées britanniques ouvrent leurs portes aux non-musulmans
    Education à la danoise: un imam prêche la lapidation des femmes infidèles
    Comment identifier des terroristes parmi les réfugiés? L'UE le sait!
    L'Europe complice des morts des migrants en Méditerranée
    Tags:
    communauté musulmane, islam
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik