Société
URL courte
0 110
S'abonner

Une polémique oppose les amateurs de théâtre aux défenseurs de la cause animale en Espagne.

Plus de 45.000 personnes ont signé une pétition en ligne exigeant d'interdire l'utilisation d'un taureau dans un opéra du Teatro Real de Madrid.

Le spectacle "Moses und Aron" de Schönberg utilise un véritable animal vivant pour représenter le Veau d'Or. L'opéra doit être présenté dans la capitale espagnole du 24 mai au 17 juin.

Le taureau est placé sous une lumière éclatante et subit un stress inutile à cause du bruit et de l'agitation permanente autour de lui, non seulement pendant les 15 minutes qu'il passe sur scène, mais durant tout le spectacle et le temps des répétitions, souligne Jaime Alcázar, l'auteur de la pétition adressée au ministre espagnol de la Culture et au maire de Madrid.

​La mise en scène de ce même spectacle en novembre 2015 à Paris avait provoqué la colère des défenseurs de la cause animale. Ceux derniers se sont adressés au ministre français de la Culture, en réclamant d'interdire la présentation de l'opéra. L'animal, selon les défenseurs, était sous l'effet de neurodépresseurs, ce qui permettait de le contrôler.

Un porte-parole du Teatro Real a pour sa part assuré que le taureau ne recevait pas de médicaments spéciaux. Deux spécialistes veillent sur lui et lui fournissent tout ce qui lui est nécessaire, selon l'employé du théâtre.

L'opéra en trois actes "Moses und Aron" d'Arnold Schönberg met en scène l'exode du peuple juif fuyant le joug égyptien. Le metteur en scène Romeo Castellucci a choisi de représenter le traditionnel Veau d'Or non par une statuette dorée, mais par un véritable taureau.

Lire aussi:

Le Lion de trop: un zoo danois invite les enfants à une dissection
Au Canada, deux compagnies aériennes enfreignent les règles pour sauver les animaux…
L’histoire d’une chatte miraculée émeut les internautes
Un policier d'un petit village russe sauve des bébés ours
Tags:
théâtre, opéra, animaux, Madrid, Espagne
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook