Société
URL courte
10510
S'abonner

Les rabbins orthodoxes de New York ont reconnu la marijuana médicinale comme casher. Le Conseil des Juifs orthodoxes a accordé le premier certificat casher en janvier de l'année dernière.

Le cannabis médicinal est utilisé comme une substance psychotrope pour soulager la condition des patients. Après que la marijuana a été légalisée comme médicament, le marché américain a connu un afflux de divers produits composés de marijuana: des lotions, des onguents, des teintures et même des aliments.

L’industrie de la marijuana médicinale est en plein essor et, selon les experts, en 2016 les revenus issus des ventes de ces produits sur le marché américain augmenteront d’un milliard de dollars, bien qu’ils aient déjà dépassé le seuil des quatre milliards de dollars l'année dernière, selon la banque d'investissement Ackrell Capital.

La concurrence sur ce marché s’aggravent chaque jour, c’est pourquoi les entreprises recourent à tous les moyens possibles pour attirer plus de clients, parmi lesquels il y a aussi des Juifs orthodoxes. Pour gagner ce segment de la population américaine, les fabricants tendent à obtenir le certificat casher (le hekhsher), qui classe leurs produits comme propres à la consommation, annonce Worldreligionnews.

Des rabbins autorisés accordent ces certificats. Pour que le fabricant puisse obtenir le document, il doit inviter les rabbins qui inspectent scrupuleusement son site de production.

Une société de l’Etat de l’Illinois, Cresco Labs, est maintenant en train de faire tout son possible pour obtenir le hekhsher du rabbinat local, car une telle autorisation promet des gains importants à longue terme.

En janvier de l’année dernière, l’Union des Congrégations juives orthodoxes a accordé le premier certificat casher à une autre entreprise, Vireo, qui se spécialise, notamment, dans la production d’huile de cannabis. L’union est l’organisation juive la plus connue et la plus respectée aux Etats-Unis.

Dans le même temps, les entreprises se plaignent de l’inertie du gouvernement fédéral, qui considère toujours la marijuana comme une drogue et, par conséquent, la plupart des banques refusent de travailler avec des fabricants de produits à base de cannabis.

Selon les représentants du Conseil rabbinique de Chicago et de l'Union des Juifs orthodoxes, ces institutions ne certifient que les produits à base de marijuana médicinale et pas ceux destinés à l'usage récréatif.

Du point de vue de la cacherout, ce n’est pas un péché de consommer du cannabis, car il dérive des feuilles de la marijuana, et toutes les feuilles sont casher. Le judaïsme interdit toutefois la consommation de certains produits alimentaires tels que le porc, les insectes, etc.

En conséquence, il est inacceptable que des produits casher soient en contact avec des alimentaires interdits. La cacherout permet de négliger ces règles seulement en cas de nécessité médicale. Par exemple, les Juifs peuvent prendre des médicaments anticancéreux, même si ils sont fabriqués à partir de produits interdits.


Lire aussi:

Quand une cité Maya inconnue s'avère être... un champ de marijuana
Combattre Daech avec de la marijuana? C'est possible!
Nouvelle-Zélande: plongés dans un nuage de fumée de marijuana
Pour les policiers américains, la marijuana n'est pas une menace sociale
Tags:
cacheroute, casher, légalisation, marijuana, cannabis, judaïsme, Juifs, Union des Congrégations juives orthodoxes d'Amérique (OU), Chicago, États-Unis
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook