Société
URL courte
13422
S'abonner

Le président américain Barack Obama a signé une loi qui prohibe l'utilisation de termes offensants pour les minorités dans les textes de la législation fédérale.

La loi prévoit la suppression, dans les textes de la législation fédérale, des "références offensantes à l'égard des minorités", dont les mots tels que "oriental", "nègre", etc., apprend-on de la chaîne télévisée ABC News.

Le projet de loi est ainsi censé rendre les textes plus modernes et les débarrasser des formulations politiquement incorrectes des années 1970, présentes notamment dans les documents du ministère de la Santé et des services sociaux des Etats-Unis.

"La notion +oriental+ n'a pas sa place dans la législation fédérale. Ce terme offensant et archaïque tombera enfin en désuétude", a précisé un des auteurs du projet. 

De telles appellations étaient utilisées afin de mettre en relief que le fait que les membres desdites minorités resteraient toujours à l'écart de la société et ne deviendraient jamais des Américains à part entière, précise la chaîne.

"Les origines de ces termes remontent à l'époque de la colonisation européenne quand le terme "oriental" servait pour décrire l'Asie ou la population asiatique en tant qu'inférieure, exotique ou arriérée", selon le directeur du Centre des recherches sur l’immigration de l'Université du Minnesota Eric Li. 

En février, le projet de loi a été approuvé par la Chambre des représentants des Etats-Unis. En mai, le Sénat américain a voté à l'unanimité en faveur de cette nouvelle mesure. La loi entre en vigueur dès lors que le président y a apposé sa signature. 

Lire aussi:

Obama constate la persistance des clivages raciaux aux USA
Violences lors d'une réunion du Ku Klux Klan en Californie
Un livre pour enfants sur les esclaves retiré de la vente aux USA
Deux ex-espions du KGB et de la DGSE racontent: «Les Gafam sont le service de renseignement le plus puissant au monde»
Tags:
nègre, discrimination raciale, oriental, loi, racisme, Barack Obama, États-Unis
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook