Ecoutez Radio Sputnik
    Un enfant

    En Chine, tous les moyens ne sont pas bons pour déstresser avant le bac

    © Photo. Capture d'écran sur YouTube
    Société
    URL courte
    0 60
    S'abonner

    Les écoliers chinois ne pourront plus évacuer le stress comme ils en avaient pris l’habitude avant les examens d'entrée dans l'enseignement supérieur.

    Le Gaokao, examen national permettant d’intégrer l’université, est un moment extrêmement stressant dans la vie de tout écolier chinois. 

    Ainsi, les adolescents ont inventé plusieurs astuces censées porter chance lors de l'épreuve. Certains écoliers se délectent ainsi à déchirer des manuels et à jeter les morceaux par la fenêtre. Ils adorent également crier à tue-tête dans les couloirs des établissements scolaires pour se donner du courage.

    Réagissant à de tels procédés, les autorités de la ville chinoise de Xiamen (sud-est) ont décidé de siffler la fin de la récré: les écoliers ont désormais l’interdiction d'appliquer ces pratiques destinées à se remonter le moral dix jours avant le début du Gaokao, annonce la BBC.

    Dans un guide publié récemment par le département de l'enseignement de la ville de Xiamen, il est conseillé aux élèves de se détendre à l'aide des moyens plus traditionnels, sans toutefois donner d'autres précisions. 

    L'année dernière, sept écoliers de la province du Hubei (sud-est) n'ont pas été autorisés à passer le Gaokao après avoir déchiré et jeté des manuels par la fenêtre. Toutefois, selon les représentants des établissements scolaires,  les écoliers ont seulement reçu une amende.

    Lire aussi:

    Les enfants chinois paient le prix du mode de vie occidental
    Fin de l’époque Mickey Mouse: le concurrent de Disneyland ouvre en Chine
    Des lois pour interdire la vie éternelle d'ici 200 ans?
    Un jeu d'"échecs chinois" datant de 1.000 découvert en Chine
    Tags:
    écoliers, enfants, traditions, examen, école, Gaokao (examen chinois), Xiamen, Chine
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik