Société
URL courte
8811
S'abonner

Des personnes, sûres de leur identité nationale et avouant entretenir une certaine hostilité envers d'autres peuples, ont la surprise de leur vie en apprenant que leur ADN est plus diversifié qu'ils le pensaient.

L'agence de voyage Momondo a réalisé une expérience pour démontrer comment les représentants de différentes nations changent en apprenant que le sang de leurs "ennemis" coule dans leurs veines. La vidéo de l'expérience a été vue plus de 25 millions de fois sur Facebook.

67 personnes, dont un Anglais, une Française, une Russe, un Irlandais, une Kurde, un Cubain et un Bangladais, ont pris part à l'expérience. Tout d'abord, les auteurs les ont interrogés sur leur appartenance ethnique et sur les raisons pour lesquelles ils détestaient tel ou tel autre peuple.

Puis, les spécialistes ont pris un échantillon de leur salive et, quelque temps plus tard, les ont invités pour leur annoncer les résultats de l'analyse ADN. Les résultats ont causé une surprise chez les participants à l'expérience. La Kurde a en effet appris que du sang turc coulait dans ses veines, et l'Anglais, qui parlait de la haine envers les Allemands, a découvert qu'il avait des racines allemandes.

La Française a noté que ce test devrait être obligatoire pour tous les habitants de la planète.

"Il n'y aurait pas d'extrémisme dans le monde, si les gens étaient au courant de leurs racines", a-t-elle conclu.

Lire aussi:

L’ADN humain artificiel au centre d’une réunion ultrasecrète aux Etats-Unis
De l'ADN de rat découvert dans des burgers américains
Sommes-nous tous des Belges ? Une analyse ADN dévoile les ancêtres des Européens
Une analyse ADN confirme la culpabilité des Européens dans le génocide des Indiens
De l’ADN ancien révèle un croisement entre différentes espèces humaines
Tags:
haine, ADN, extrémisme
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook