Ecoutez Radio Sputnik
    Liz Parrish

    La première "femme génétiquement modifiée" en visite à Moscou

    © Photo. Capture d'écran: Youtube
    Société
    URL courte
    501785
    S'abonner

    Liz Parrish, le premier humain à avoir subi une thérapie génique pour ne jamais vieillir, est arrivée à Moscou et a parlé de son expérience.

    En septembre 2015, la PDG de la société américaine Bioviva Elizabeth Parrish (âgée à l'époque de 44 ans) a subi deux thérapies géniques expérimentales élaborées par son entreprise: une pour se protéger contre la perte de masse musculaire avec l’âge et une autre visant à combattre l’appauvrissement des cellules souches responsables de diverses maladies et infirmités liées à l’âge.

    Neuf mois après le commencement de sa thérapie, Elizabeth Parrish s'est rendue à Moscou, en Russie, pour donner une conférence de presse. 

    Les Russes ont eu ainsi l'occasion de juger de leurs propres yeux du bon état physique de la "femme génétiquement modifiée": corps en parfait état, peau douce et lisse, taille fine et beaux cheveux. 

    Dans une interview accordée au journal russe Komsomolskaïa Pravda, elle a parlé de sa nouvelle vie. Elizabeth Parrish est ainsi perpétuellement observée par des médecins, fait régulièrement des tests et passe les différents examens nécessaires.

    "Je me rends compte que si je ne l'avais pas fait, je mourrais de toute façon à cause de maladies qu'entraîne le vieillissement. Tandis que dans le cas où l'expérience s'avérerait réussie, cela pourrait sauver des millions de gens", a commenté la femme sans âge.

    Le "cobaye" de sa propre société avoue qu'elle se porte bien. Par exemple, son corps et ses muscles restent dans un bon état bien qu'elle n'ait pas le temps de faire du sport.

    Elle insiste également sur le fait que cette thérapie ne présente aucun danger et n'apporte que des bénéfices. 

    "Nous l'avons fait pour prouver qu'une telle thérapie n'est pas néfaste, qu'elle n'entraîne pas le cancer et qu'elle est efficace, c'est-à-dire qu'elle conduit au rajeunissement", a raconté Elizabeth Parrish.

    L'Américaine a en outre souligné qu'il ne fallait pas considérer la thérapie génétique comme quelque chose de magique ou de fantastique car son application à des êtres humains n'était qu'une question de temps. 

    Lire aussi:

    Mein gott! Les nudistes allemands priés de cesser de choquer les réfugiés
    Les illusions d'optique hallucinantes d'une maquilleuse de génie
    Une fillette albinos conquiert le monde de la mode
    Tags:
    rajeunissement, médecine, danger, conférence de presse, maladies, thérapie génique, Elizabeth Parrish, Russie, Moscou
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik