Société
URL courte
0 210
S'abonner

Avant de plier ses bagages, il a légué toute sa fortune à une chercheuse pour "ressusciter" la science dans le pays… Voici une belle histoire qui ne vous laissera pas indifférent.

Franco Fiorini, un comptable italien jusqu'alors tout à fait inconnu, a légué tous ses biens (au total, 1,5 million d'euros) à Elena Cattaneo, une sénatrice et neuroscientifique qui milite pour le développement de la science dans le pays.

Le "testament" de M. Fiorini, écrit la revue scientifique Nature, a été dévoilé le 21 juin.

"Je ne saurai sans doute jamais pourquoi il l'a fait", a souligné Mme Cattaneo, visiblement émue. Et d'ajouter: "Qu'à cela ne tienne, je suis heureuse qu'il y ait des gens comme Franco, qui se rendent compte de l'importance de la science et des recherches pour l'avenir de notre pays".

De son propre aveu, Mme Cattaneo compte utiliser cette somme à des fins scientifiques, comme l'avait préconisé le mécénat décédé, notamment pour soutenir les recherches des jeunes scientifiques italiens, ce qui ne sera pas une mince affaire: à en croire la chercheuse, le gouvernement du pays n'investit pas suffisamment dans le développement de la science.

Franco Firioni est décédé le 21 mai, à l'âge de 64 ans. Enfant, il a eu une poliomyélite (paralysie infantile), si bien qu'à l'âge adulte il ne pouvait se déplacer sans sa chaise roulante. M. Fiorini était le PDG d'une entreprise de construction avant de prendre sa retraite, il y a 15 ans. En mars dernier, il a changé les clauses de son testament et a légué toute sa fortune à Mme Cattaneo.

Elena Cattaneo est une neurobiologiste et personnalité politique italienne, sénatrice à vie de la République italienne depuis le 30 août 2013. Elle est intervenue plusieurs fois dans le débat public sur la connexion entre l'éthique et le progrès scientifique, prenant position en faveur de la liberté de la recherche scientifique. En particulier, Mme Cattaneo s'est exprimée contre l'interdiction d'utiliser, dans l'activité de la recherche, des cellules souches embryonnaires.

Ses recherches portent sur les maladies neurodégénératives et, surtout, sur la maladie de Huntington. Elle fait aussi de la vulgarisation scientifique.

Lire aussi:

Une nouvelle formation à Science Po destinée au dialogue interreligieux
Tuer les baleines au nom de la « science » ? Le Japon s’y connait
Ouverture du Centre de Russie pour la science et la culture à Bucarest
Tags:
testament, embryon humain, science, Franco Firioni, Elena Cattaneo, Italie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook