Ecoutez Radio Sputnik
    L'image de l'acteur Leonardo DiCaprio déguisé en Rumia

    Le soufisme, prochaine victime d'Hollywood?

    © Photo. Youtube / capture d'écran
    Société
    URL courte
    6011

    Le scénariste oscarisé David Franzoni a entamé le script d'un film qui racontera l'histoire du poète mystique persan Djalal ad-Din Muhammad Rumi, qui a profondément influencé le soufisme. En Iran, on est tout sauf rassuré…

    C'est Leonardo DiCaprio qui a été choisi pour incarner le poète-soufi. On annonce que le film sera créé avec la participation de producteurs turcs.

    Les musulmans soufis sont des personnes qui recherchent l'intériorisation, l'amour de Dieu, la contemplation et la sagesse.

    En Iran, l'annonce de ce film a suscité une rafale de critiques dures de la part de spectateurs et de professionnels.

    Les Iraniens expriment publiquement, notamment sur Twitter, leurs protestations contre le choix de l'acteur Leonardo DiCaprio pour le rôle de Rûmî, et le hashtag #RumiWasntWhite (Rûmî n'était pas blanc) gagne en popularité. Ce qui les indigne de plus est le fait que l'instituteur de Rûmî, Shams-e Tabrîzî, sera réincarné par Robert Downey Jr. Une pétition en ligne demandant de retirer Leonardo DiCaprio du rôle principal a déjà accueilli plus de 14.000 signatures.

    Il est à noter que les Iraniens n'ont rien en principe contre la personnalité de l'acteur, c'est plutôt la question de l'approche pour comprendre la mentalité orientale et la spiritualité du poète soufi qui les préoccupe.

    "Une telle spiritualité, un tel mysticisme et une telle profondeur de la riche vie intérieure de Djalal ad-Din Rumi… sont difficiles à ressentir et à comprendre pour une personne occidentale. Même avec les efforts d'une l'industrie aussi grande qu'Hollywood. Malgré les efforts de plusieurs écrivains de décrire et de révéler l'identité de ce grand poète et philosophe, il est difficile de ressentir son essence réelle", a déclaré Reza Mirkarimi, célèbre réalisateur iranien, dans une interview à Sputnik.

    Le réalisateur a avoué qu'il n'était pas optimiste du tout quant à la réalisation de ce film, malgré tous les efforts d'Hollywood. "Est-il nécessaire en fait de révéler les traits de personnalité de ce poète mystique? J'en doute".

    Dans le même temps, M.Mirkamiri regrette qu'on ne fasse pas suffisamment d'efforts pour embrasser les valeurs évoquées par les poètes et les philosophes iraniens dont les noms sont gravés en lettres d'or dans l'histoire du monde.

    "Et si nous ne travaillons pas nous-mêmes dans cette direction, c'est donc logique que nos insuffisances deviennent une magnifique opportunité pour d'autres pays, notamment pour les Etats-Unis, de faire de l'argent, d'inventer quelque chose. Par ailleurs, je voudrais souligner que leur but principal n'est pas de monter une véritable image du poète. Ce film sera coupé de la réalité, déformera la mentalité du poète soufi, et le spectateur ne sera pas en mesure de voir la vie intérieure riche de cette grande personnalité et sa pensée hautement sacrée", a-t-il rétorqué.

    Lire aussi:

    Kim Kardashian, la nouvelle diablesse chargée de dévoyer l'Iran
    Les sociétés européennes plutôt réticentes à traiter avec l'Iran?
    L'Iran va saisir la justice internationale contre les USA
    Tags:
    cinéma, philosophie, poète, mentalité, Hollywood, Rûmî, États-Unis, Iran
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik