Ecoutez Radio Sputnik
    L'ours noir

    Un Canadien se bat contre un ours et n’écope que de quelques égratignures

    © Flickr/ David Williss
    Société
    URL courte
    7274
    S'abonner

    Un Canadien a fait face à un ours noir de 145 kg grâce à sa grande expérience de boxeur.

    Rick Nelson, 61 ans, originaire de l’Ontario, promenait son chien quand un ourson a pointé sa tête hors d'un arbuste. Quelques instants plus tard, sa mère a chargé hors des buissons et a attaqué l’homme.

    Il n’a riposté qu’avec ses poings nus et a réussi à rentrer chez lui avec juste quelques égratignures mineures sur son visage et son torse.

    Après plusieurs coups portés par M. Nelson, l'ours a reculé et s’est enfui dans la forêt avec le nez en sang.

    Le canadien trop viril a riposté l'ours aggressif avec ses poings nus
    © Photo.
    Le canadien trop viril a riposté l'ours aggressif avec ses poings nus

    Après l’incident M. Nelson a dit: "Elle s’est juste retournée et est partie comme si rien ne s'était passé suivie par son ourson. Donc j’ai vraiment eu de la chance".

    Le Service canadien des forêts affirme que les attaques des ours noirs sont rares. Le gouvernement de l'Ontario indique également que des ours noirs évitent généralement le contact avec les humains.

    Apparemment, Leonardo aurait dû prendre une ou deux leçons de boxe avant d'aller en forêt
    © Photo. capture d'écran de Leonardo DiCaprio dans le film The Revenant
    Apparemment, Leonardo aurait dû prendre une ou deux leçons de boxe avant d'aller en forêt

    Malgré sa rencontre, M. Nelson a déclaré qu'il ne voulait pas que les gens aient peur des ours noirs.

     

    Lire aussi:

    L'ours le plus triste au monde décédé en Argentine
    Un ours qui ressemble vraiment à un homme
    Comment l’homme a changé la vie des ours
    Elle accouche en pleine taïga au milieu des ours
    Tags:
    ourson, boxeur, ours, boxe, animaux, Service canadien des forêts, Ontario, Canada
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik