Société
URL courte
0 26
S'abonner

Peut-on jouer à Pokémon Go partout? Apparemment non. Le musée de l'Holocauste à Washington, dédié aux commémorations des victimes des nazis, est désormais un lieu où les petits bonshommes de couleurs sont en passe de devenir persona non grata.

Les "Poké-stops" semblent avoir envahi les espaces publics, mais il y a au moins un endroit où ceux-ci ne sont pas du tout les bienvenus. Le Musée de l'Holocauste, situé dans la capitale américaine, appelle les développeurs à exclure l'endroit du jeu où il s'agit de capturer, comme partout ailleurs, des Pokémon.

A cet égard, voici la chose la plus méchante relevée jusqu'ici: les utilisateurs de l'application ont trouvé le Pokémon Koffing, celui qui attaque ses ennemis au moyen de gaz empoisonné, tout près de l'auditorium Helena Rubinstein…

"Jouer à ce jeu n'est pas approprié dans un musée qui est un mémorial pour les victimes du nazisme. Nous tentons de trouver un moyen de retirer le musée du jeu", a expliqué au Washington Post le directeur du musée Andrew Hollinger.

Bien que le jeu soit sorti ce mois-ci, il a déjà créé de nombreuses situations pour le moins "bizarres". Les utilisateurs arrivent à trouver les Pokémon dans des endroits tout à fait inhabituels, comme des églises et des cimetières. Ce week-end, aux Etats-Unis, une jeune femme du Wyoming a même découvert un cadavre en se promenant avec l'application!

Pokemon GO est un nouveau jeu vidéo pour smartphones qui gagne rapidement en popularité. Il est fondé sur la technologie de la réalité augmentée. Contrairement aux jeux classiques, pour combattre les adversaires virtuels, les joueurs doivent explorer le monde réel. On peut chercher et attraper de nouveaux Pokémon, prendre part à des duels avec d'autres joueurs dont les emplacements sont montrés sur la carte virtuelle de l'application, etc. 

Lire aussi:

Quand le Pokémon de tes rêves habite à l’Élysée
Les fans de Pokémon attaqués aux USA
Japon: des Pikachus géants envahissent les rues
Tags:
Pokemon Go, jeu, musée, Washington, États-Unis
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook