Société
URL courte
206
S'abonner

Des dirigeants islamiques de Kuala Lumpur ont appelé vendredi les musulmans à ne pas jouer à Pokémon Go, qu'ils considèrent comme dangereux et pouvant "inciter aux jeux d'argent".

"Pokémon Go et tous les personnages de Pokémon doivent être évités car ils peuvent être nuisibles", a déclaré Zulkifli Mohamad al-Bakri, haut responsable religieux, cité par l'agence de presse nationale Bernama.

"Le jeu promeut une quête du pouvoir et de divinités dotées de certains pouvoirs, ce qui pourrait inciter aux jeux d'argent", a-t-il expliqué, ajoutant que la décision du Comité consultatif juridique islamique de Kuala Lumpur se base sur l'avis des plus grands spécialistes de l'islam.

Officiellement, le jeu Pokémon Go n'est pas encore disponible en Malaisie.

La Malaisie est un pays à majorité musulmane qui a longtemps pratiqué un islam modéré, mais où des courants conservateurs gagnent du terrain.

L'organe religieux le plus important d'Arabie saoudite avait de nouveau publié en juillet une fatwa datant de 2001 interdisant les jeux Pokémon, sans préciser si la décision était liée au Pokémon Go, indique l'AFP.

Pokémon Go
© AFP 2020 Sophia Kembowski
Cette fatwa avait été prononcée en 2001 par le mufti du royaume qui avait notamment assimilé les jeux Pokémon à un jeu d'argent, prohibé par l'islam.

Le jeu de réalité augmentée, une technologie qui fait apparaître des éléments virtuels dans le monde réel, a débarqué dans plus de 40 pays. La frénésie de Pokémon Go a donné lieu à de nombreux incidents dans le monde, au point que les autorités de plusieurs pays ont émis des recommandations pour traquer les Pokémons en toute sécurité.

Lire aussi:

Les Pokémon sont-ils les bienvenus en Iran?
Une Canadienne tire sur des dizaines de chasseurs de Pokémon
Un Russe capture un nombre record de Pokémon
Historique: le PSG se qualifie pour les demi-finales de la Ligue des champions pour la 1ère fois depuis 1995 - vidéos
Tags:
jeu, religion, islam, Pokemon Go
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook