Société
URL courte
1075
S'abonner

Afin d’échapper à la réalité cruelle et à la violence, les enfants, qui ont des smartphones, profitent de rares moments de tranquillité lorsque les affrontements cessent et qu’Internet remarche, pour chasser des créatures virtuelles.

La ville d'Alep, la plus grande ville syrienne et son poumon économique, est le théâtre d'une bataille majeure de la guerre en Syrie. La ville est un champ de bataille depuis 2012, lorsqu'elle a été attaquée par des groupes rebelles et divisée en deux par une ligne de front nord-sud.

Le jeu virtuel Pokémon Go, récemment apparu, est très vite devenu populaire et a offert aux enfants de Syrie un nouvel espoir.

Ils fouillent les débris de la ville, essayant de trouver des petits monstres.

Pokemon Go In Syria — #pokemongo #pokemon #photography #contemporaryart #contemporaryphotography

Фото опубликовано Khaled Akil (@khaledakil) Авг 2 2016 в 12:49 PDT

Pokémon Go a comblé le fossé pour les joueurs entre le monde digital et la réalité. Habitant dans une zone de guerre, chaque jour ils essayent d'échapper à la réalité. Les âmes innocentes d'Alep utilisent ce que les technologies leur ont laissé afin de se réjouir de la vie et de vivre normalement en échappant à une vie qu'ils n'ont pas choisie.

Le jeu de réalité augmentée Pokémon Go, une technologie qui fait apparaître des éléments virtuels dans le monde réel, a débarqué dans plus de 40 pays. Les créatures ont été utilisées ces derniers mois en Syrie à quelques occasions afin de porter la souffrance humaine, qui a envahi le pays, vers la communauté du jeu qui compte plusieurs millions de joueurs.

 

 

Le mois dernier, l'artiste Khaled Akil a utilisé les petits monstres du jeu Pokémon Go dans un reportage photos de l'AFP illustrant le conflit syrien et la vie quotidienne des enfants dans ce pays en guerre.

Lire aussi:

Attention, danger! La mise en garde des concepteurs de Pokemon Go
Attrape Pierre le Grand! La réponse russe à Pokemon Go
Pokemon en main, des enfants syriens lancent un cri de détresse
Elle surprend un adultère grâce à Pokemon Go
Tags:
guerre, enfants, jeu, Pokemon Go, Alep, Syrie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via FacebookCommenter via Sputnik