Ecoutez Radio Sputnik
    Des scientifiques observent pour la 1ere fois des chats buveurs de sang

    Des scientifiques observent pour la 1ere fois des chats buveurs de sang

    © Photo. captiure d'écran, YouTube / Big Cat Rescue
    Société
    URL courte
    72540160

    Pour la première fois, des scientifiques ont réussi à observer des chats des sables arabes (Felis margarita harrisoni), des animaux peu connus qui vivent dans les déserts de la péninsule arabique.

    Ce chat est un chasseur nocturne parfaitement adapté au désert. Il n'a pas besoin de boire d'eau car il peut correctement s’hydrater en mangeant les petits oiseaux, les reptiles et les mammifères qui font partie de ses proies. Des poils spéciaux dans ses oreilles et sur ses pattes le protègent du sable.

    Ces animaux sont discrets et très difficile à repérer. C’est pourquoi il y a un manque évident d’informations sur ce félin, informe le site New Scientist.

    Dans l'ouest des Émirats arabes unis, le chat n'a été documenté que de façon anecdotique, et même ces dossiers remontent à à peine plus de 10 ans.

    Shakeel Ahmed, un scientifique adjoint à l'Agence de l'environnement d’Abou Dhabi, a été fatigué de ces rapports anecdotiques et a décidé de chercher les chats lui-même.

    En 2015, il a dirigé une équipe de chercheurs qui étudient les animaux et les plantes de la Baynounah, une zone protégée près d’Abu Dhabi. Ils ont installé des pièges dotés de caméras avec de la nourriture pour ces chats. L’expérience a duré quelques mois et, finalement, les scientifiques ont obtenu 46 photos de trois espèces de ce félin.

    L'équipe a également mis des pièges pour les petits animaux, et a pris des photos de gerbilles de Cheeseman et de gerboises des steppes, aussi bien que de poissons de sable et de geckos. Ces observations signifient qu’il y a beaucoup de nourriture disponible dans la région pour le chat des sables.


    Tags:
    zoologues, science, étude, chats, animaux, Émirats Arabes Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik