Ecoutez Radio Sputnik
    Bouddha

    Un "Bouddha vivant" proclamé imposteur au Tibet

    © AFP 2019 LAKRUWAN WANNIARACHCHI
    Société
    URL courte
    3171
    S'abonner

    Ce beau jeune homme ressemblant à une célébrité chinoise avait des millions de fans sur Internet, publiait des albums de musique bouddhiste et offrait des cours de réincarnation pour 45.000 USD avant d'être proclamé imposteur par les autorités…

    Les autorités tibétaines ont qualifié dimanche d'imposteur un homme de 29 ans qui se faisait passer pour la 7e réincarnation du lama tibétain Kyabje Yongdzin Ling Rinpoche, a annoncé le journal chinois The South China Morning Post.

    ​L'escroc est devenu très populaire sur Internet à cause de sa ressemblance avec le célèbre acteur et chanteur chinois Huang Xiaoming. Les internautes l'ont proclamé "le plus beau Bouddha vivant depuis 2008". Il a plus de 80.000 fans sur le réseau social chinois Weibo où il publie des citations bouddhistes.

    Le "Bouddha vivant" a publié un album et des singles de musique bouddhiste et offrait des cours de réincarnation pour 300.000 yuans (plus de 45.000 USD).

    Mais tout a changé quand l'Association bouddhiste de Chine a publié dimanche la liste complète des 1.307 Toulkous (personnalités religieuses reconnues comme réincarnations d'un maître ou d'un lama disparus) qui résident actuellement dans le pays. Le nom du jeune homme ne figure pas sur ce registre.

    Selon les bouddhistes du Tibet, l'homme qui est officiellement reconnu comme la 7e réincarnation du lama Kyabje Yongdzin Ling Rinpoche s'appelle Tenzin Loungtog Thrinlè Chöpa. Il est né en 1985 et réside actuellement avec le 14e Dalaï-lama à Dharamsala, en Inde.

    Lire aussi:

    Un fast-food US ouvre ses portes au Tibet
    L'aéroport le plus élevé au monde sera construit au Tibet
    Népal : le bouddhisme pour la première fois daté par des archéologues
    Tags:
    Internet, imposteur, imposture, religion, bouddhisme, lama, Tenzin Loungtog Thrinlè Chöpa, Kyabje Yongdzin Ling Rinpoche, Bouddha, Chine, Tibet
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik