Ecoutez Radio Sputnik
    Femmes musulmanes

    Les musulmanes porteraient-elles le voile pour mieux s’intégrer?

    © Sputnik. Ramil Sitdikov
    Société
    URL courte
    161515312

    Beaucoup estiment que les musulmanes se voient imposer le voile islamique ou qu’elles cherchent à se couper de la société occidentale. Cependant, d'après une étude, les jeunes musulmanes pourraient elles-mêmes choisir de porter le voile afin de se mieux s’intégrer à la société.

    Les musulmanes jeunes et instruites qui vivent dans des environnements urbains modernes choisissent de porter le voile car il leur permet de fréquenter des amis non-musulmans, de travailler à l'extérieur de chez elles et d'interagir avec des étrangers, déclare une étude visant à déterminer pourquoi le port du voile augmente parallèlement à la modernisation.

    Les tentatives visant à forcer les musulmanes à abandonner leur voile pourraient donc être contreproductives en les privant du choix et de la possibilité de s'intégrer: si les femmes ne peuvent pas montrer leur piété via le port du voile, elles pourraient choisir ou être contraintes de rester à la maison, rapporte The Guardian.

    "Pour les femmes très religieuses, nous avons trouvé que (…) l'éducation, l'emploi, le niveau de revenu, la vie urbaine et les contacts avec les non-musulmans renforcent en fait le port du voile", a déclaré Ozan Aksoy, auteur du rapport "Derrière le voile: utilisation stratégique de la tenue religieuse".

    "Un voile est considéré comme une expression de la religiosité d'une femme. Paradoxalement, ce sont les femmes (…) qui semblent compter sur le voile pour signaler aux autres qu'elles ne succomberont pas aux tentations de la vie urbaine moderne", a-t-il ajouté.

    Dans le cadre de l'étude, les chercheurs ont recueilli les données sur des milliers de femmes vivant en Belgique, en Turquie et dans 25 pays musulmans et les ont analysées en utilisant des modèles mathématiques afin de définir comment l'intensité du port du voile varie selon l'éducation et l'emploi d'une musulmane, son contact avec les non-musulmans et le niveau d'urbanisation de la ville. L'étude prend en compte le port du voile islamique, du tchador (une pièce de tissu sans manches qui laisse seulement le visage ouvert), de la burqa (qui couvre complètement la tête et le corps, avec une grille en tissu dissimulant les yeux), et l'absence de couvre-chef.

    Lire aussi:

    Le ministre indien du Tourisme dit "non" au port de jupes
    Le port du hijab désormais autorisé dans la police canadienne
    Des centaines de manifestants contre le port du burkini dans le midi de la France
    Tags:
    musulmans, religion, intégration, port du voile
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik