Ecoutez Radio Sputnik
    L'ours noir

    Un Japonais âgé se débarrasse d'un ours grâce au karaté

    © Flickr/ PLF73
    Société
    URL courte
    64121391

    Un vieil homme japonais confronté à un ours hargneux a pris les choses en main… en donnant une leçon de karaté à l'animal.

    Selon le journal japonais Japan Times, un habitant de 63 ans de la province de Nagonahara était en train de pêcher quand il a été attaqué par un ours noir asiatique, dont la taille était de près de deux mètres. 

    Dans cette bagarre digne d'une scène épique du film oscarisé The Revenant avec Leonardo Di Caprio, Atsushi Aoki a été mordu et griffé à plusieurs reprises, y compris à la tête.

    "L'ours était si fort qu'il m'a fait tomber", a raconté M. Aoki à Tokyo Broadcasting System.

    Mais au lieu d'essayer de fuir la bête, le pêcheur a décidé d’utiliser ses compétences de karatéka bien aiguisé.

    Après avoir pris une position de combat avec son poing droit devant lui, M. Aoki a piqué les yeux de son adversaire. La créature a été effrayée par la manœuvre et s’est sauvée dans les bois.

    Le pêcheur courageux a réussi à revenir à sa voiture et est allé à l’hôpital de Gunma, au nord-ouest de Tokyo, malgré les blessures à la tête, au bras et à la jambe qu’il avait reçues en luttant avec l’animal féroce.

    "Il a conduit lui-même jusqu'à l'hôpital, et il n’a même pas oublié de prendre le poisson qu'il avait attrapé", a déclaré un officier de la police locale.

    Les incidents impliquant des ours arrivent souvent dans la province de Gumma. Plus tôt en août, un ours de l'Himalaya a attaqué une femme dans un parc de safari. La victime est morte de ses blessures.


    Lire aussi:

    Un Russe capture un loup à mains nues pour sauver ses enfants
    Au Japon, on cherche des ninjas pour attirer les touristes
    Un campeur réveillé par un ours!
    Un ours noir chinois pris la main dans le sac
    Tags:
    ours noir, sport, arts martiaux, animaux, The Revenant, Japon
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik