Société
URL courte
6121
S'abonner

Le matin, le couturier Mohammad Ali Hasani confectionne des vêtements, le soir l'artiste Yuzersaif monte sur scène. Depuis plus d'une décennie, cet Afghan mène une double vie.

"Je suis sur scène depuis 15 ans environ. Depuis six ans je compte parmi les professionnels", relate Mohammad Ali Hasani à Sputnik.

Issu d'une famille pauvre, il est né à Kaboul. Mais les difficultés financières ont d'abord poussé sa famille à déménager dans la province afghane de Gazni, puis en Iran. C'est là-bas que Mohammad a appris son premier métier, celui de couturier. "J'aurais pu rester  dans mon atelier à vie, si un jour une personne ne m'avait initié à l'art", raconte-t-il aujourd'hui.

"Cette personne m'a persuadé que j'avais un talent artistique et ses espoirs n'ont pas été vains. Cet individu avait des opportunités dans le milieu artistique et il m'a invité à travailler chez lui. Je ne le cache pas, j'ai été surpris par une attitude aussi touchante à mon égard, car en Iran, on sous-estime souvent les Afghans", se souvient-il.

Mohammad Ali Hasani
© Sputnik
Mohammad Ali Hasani

Déjà tout petit, Mohammad rêvait de servir son pays et se persuadait qu'il pouvait rendre service à sa patrie, même en tant que couturier, tant qu'il excellait dans son métier. Mais son amour pour l'art ne devait plus le lâcher… Aujourd'hui il vit en Afghanistan et ne peut pas imaginer sa vie sans scène et c'est ce métier qu'il veut exercer jusqu'à la fin de ces jours.

"Pour moi, chaque sortie sur scène est un défi. Tu restes en tête à tête avec le public, tu te mobilises entièrement et tu n'as personne sur qui compter. Il n'y a que toi-même qui peux t'aider et c'est la difficulté de notre métier, de notre art, et c'est son charme. On doit savoir adopter plusieurs visages à la fois, comme certains le font dans la vie. Lors d'un des spectacles j'ai incarné à la fois le rôle du (grand poète perse, ndlr) Moulaoui et de son disciple", avoue l'interlocuteur de Sputnik.

"Malheureusement, la situation du théâtre afghan est telle que sans relations et sans argent, il est impossible de se positionner sur la scène internationale. Alors, nous travaillons pour le public national", indique-t-il.

Il raconte que, récemment, il a été contacté par des personnes souhaitant réaliser un film sur le sort des réfugiés afghans.

"Si on réussit à mettre en œuvre le projet, je serai heureux. Après tout, le personnage principal, c'est moi! Il a suivi la même route que moi après avoir été en Iran et est revenu chez lui".

Lire aussi:

L'Afghanistan pourrait interdire les mariages précoces
Daech et les talibans pactisent en Afghanistan
L'Afghanistan, ce pays qui s'enfonce dans la violence
L'ancien ministre Éric Raoult est mort
Tags:
rêve, couturier, art, théâtre, Iran, Afghanistan
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook