Société
URL courte
764
S'abonner

Appeler la CIA ou le FBI pour bavarder avec un vrai agent secret ? C’est désormais possible grâce au groupe berlinois Peng!, qui n’hésite pas à partager son expérience en la matière.

Sputnik a réussi à interviewer Ariel Fischer, l'un des membres du groupe Peng ! (Pan, en allemand), la bande d'artistes berlinoise qui a établi une « ligne directe » avec les agences secrètes : leur service Call a Spy est à la portée de tout le monde.

M. Fischer, comment cela fonctionne-t-il?

On utilise un téléphone fixe connecté directement à un ordinateur, qui a son tour accès à une base de données avec des numéros de téléphone. Le logiciel VoIP (voix sur IP) synchronise les données et les retransmet directement sur Internet, si bien que toutes les opérations restent complètement anonymes, y compris la position géographique.

Comment faites-vous pour vous procurer ces numéros censés être secrets ?

Pour la plupart, on les déniche sur Internet. Certains sont disponibles sur les réseaux sociaux professionnels, d'autres sont publiés par Wikileaks. Qui cherche trouve !

De quelles agences secrètes s'agit-il en fait ?

Il en y a beaucoup. Notamment, le Service canadien du renseignement de sécurité (SCRS), la NSA, la CIA, le FBI, le BND… Les services de renseignement italiens et français figurent également sur la liste. Nous sommes toujours en quête de personnes qui puissent nous procurer de nouveaux numéros, pour que nous puissions implanter notre service dans d'autres pays.

Comment cette idée vous est-elle venue à l'esprit ? Que cherchez-vous à montrer ?

On est parti du projet nommé Intel Exit visant à aider les agents secrets désengagés à s'adapter. D'ailleurs, c'était la première tentative de communiquer directement avec eux. Et là, nous avons eu cette idée : derrière ces agents, il y a toujours des individus qui, à la différence des héros de superproductions hollywoodiennes, ne passent pas leur temps dans des cachots obscurs et n'exercent pas de contrôle total sur ce qui passe autour d'eux. Ces gens-là accomplissent en fait des missions pour nous protéger et non pas pour nous espionner.

Si j'avais un jour envie de recourir à vos services, pourrais-je choisir moi-même le service de renseignement avec lequel j'ai envie de parler ?

Le système est conçu de telle sorte que d'abord on doit choisir un pays en tapant son « code », par exemple « 1 » pour l'Allemagne, « 2 » pour les États-Unis, etc. Ensuite, on choisit l'organisation qui nous intéresse, et enfin, c'est le logiciel qui vous propose un numéro aléatoire importé depuis sa base de données.

Si on appelle un agent secret, de quoi parle-t-on d'habitude ?

Les sujets à traiter sont très variés : des blagues jusqu'aux conversations sur le moral, le travail et le devoir. Dans la plupart des cas, ce sont des patriotes inspirés des idées qu'ils défendent. Forcément, ils ont toujours quelque chose à dire en réponse aux critiques qui pullulent dans les médias.

Selon M. Fischer, pour tester Call a Spy, il suffit de se rendre sur le site www.call-a-spy.org. Désormais, c'est à vous de jouer !

Lire aussi:

En Chine, des agents anti-divorce "éloignent" les maîtresses pour 60.000 EUR
Qui sont les meilleurs agents secrets russes?
En Allemagne, la police a mis ses agents sur écoute pendant 15 ans
Tags:
services secrets, renseignement, Call a spy, Allemagne
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook