Société
URL courte
1266
S'abonner

Une nouvelle étude montre que 3 % des adultes américains possèdent la moitié des armes à feu aux États-Unis. Les chiffres suggèrent qu’une telle tendance provient d’une « crainte croissante ».

133 millions d'armes à feu sont concentrés dans les mains de seulement 3 % des adultes américains. Un groupe de super-propriétaires qui ont amassé en moyenne 17 armes chacun.

Au total, les Américains possèdent 265 millions d'armes à feu, soit plus d'une arme par adulte américain, selon la nouvelle étude effectuée par les chercheurs des universités Northeastern et Harvard.

Selon l'étude, en 2015, le nombre d'armes dans le pays a augmenté de 70 millions par rapport à 1994, tandis que le nombre de propriétaires d'armes à feu a diminué : en 1994, 25% des Américains avaient au moins une arme à feu, en 2015 ce chiffre était de 22%.

Les chercheurs font également savoir qu'il y a environ 55 millions de propriétaires d'armes à feu aux Etats-Unis, la plupart ne possèdent que trois armes à feu au maximum et près de la moitié en ont seulement une ou deux.

Dans le même temps, il y a la catégorie des super-propriétaires. Selon les estimations, elle représente environ 7,7 millions d'Américains dont la collection d'armes comprend entre huit et 140 pièces.

Par ailleurs, la proportion de propriétaires d'armes de sexe féminin a augmenté. Contrairement aux hommes, elles achètent des armes principalement pour l'autodéfense et choisissent presque toujours des pistolets.

« La volonté de posséder une arme à feu pour l'autodéfense. Il y a une déconnexion entre ce phénomène et la réduction du taux de violence meurtrière dans ce pays. Ce n'est pas une réponse à la réalité actuelle », a déclaré Matthew Miller, professeur de l'Université Northeastern.

Lire aussi:

Les Russes aux antipodes des Etats-Unis sur les armes à feu
Trump adoubé par le lobby américain des armes à feu
Les armes à feu, le cadeau préféré des Américains
La fin de l'épidémie des armes à feu aux USA?
Tags:
recherche, étude, armes à feu, statistique, violences, Université Harvard, États-Unis
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook