Ecoutez Radio Sputnik
    Médicaments. Image d'illustration

    Les analgésiques bien plus dangereux qu’on ne le pense

    CC BY 2.0 / Carsten Schertzer / February 22nd
    Société
    URL courte
    9161

    Les chercheurs affirment qu’une utilisation en trop grande quantité d’analgésiques provoque une insuffisance cardiaque congestive qui conduit souvent à une hospitalisation.

    Le strip-tease nocturne bon pour la santé!
    © RIA Novosti . I. Kuznetsova
    Il s’agit de substances qui sont appelées des médicaments anti-inflammatoires non stéroïdiens, qui comprennent des inhibiteurs de la cyclo-oxygénase, informe Medicalxpress.

    Des chercheurs de l'Université de Milan-Bicocca ont analysé les données de 10 millions de patients provenant d'Allemagne, du Royaume-Uni, des Pays-Bas et d’Italie qui prenaient des analgésiques.

    Ils ont examiné plus de 92 000 hospitalisations et ont vérifié quels médicaments et dans quelles doses chaque patient les prenait avant l’hospitalisation.

    Un médecin
    © Sputnik . Igor Zarembo
    Ils ont découvert que des médicaments comme le diclofénac, l'ibuprofène, l'indométhacine, le kétorolac, le naproxène, le nimésulide, le piroxicam et deux inhibiteurs, le rofécoxib et l'étoricoxib, multipliaient le risque d'insuffisance cardiaque par deux s’ils étaient pris à des doses élevées.

    Bien que ces résultats aient été obtenus à la suite d'une étude d'observation et n’indiquent donc pas de lien direct entre ces phénomènes, les experts conseillent de prendre les analgésiques avec prudence.

    La société européenne de cardiologie, par exemple, avertit du danger possible de la prise de diclofénac. Les experts considèrent également que l'ibuprofène est le moins dangereux de ses produits.


    Lire aussi:

    Les tatouages seraient-ils bons pour la santé?
    Aux USA, la pornographie proclamée un danger pour la santé publique
    Le vin et le café, c'est bon pour la santé!
    Non, exclure le sel n’est pas bon pour la santé
    Tags:
    analgésiques, médecine, santé, Université de Milan-Bicocca, Italie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik