Société
URL courte
9410
S'abonner

Une adolescente brésilienne s'apprête à partir pour la troisième fois comme bénévole en Grèce afin d'aider les migrants. Elle a gagné elle-même l’argent lui permettant de réaliser ces «opérations humanitaires».

Gabriela Shapazian, 16 ans, originaire de Sao Paulo, une ville du sud-est du Brésil, ne veut pas rester à l'écart du triste sort des migrants ayant défié la mort et la misère pour accéder aux côtes grecques.

Dans une interview accordée à Sputnik, la jeune fille a parlé de son expérience et des origines de cette initiative humanitaire.

Enfant, Gabriela Shapazian a souvent entendu différentes histoires sur le Moyen-Orient racontées par sa mère journaliste. L'année passée, lorsque la crise migratoire a éclaté, la mère s'est fait beaucoup de soucis sur le sort des gens fuyant la guerre.

Gabriela Shapazian
© Sputnik . Gabriela Shapazian
Gabriela Shapazian

« Ma mère a souvent pleuré, et je lui ai dit : Vas-y! Et elle y est allée, et je l'ai accompagnée », a expliqué la Brésilienne à Sputnik.

Gabriela Shapazian
© Sputnik . Gabriela Shapazian
Gabriela Shapazian

La fille et la mère ont élaboré leur propre projet afin de collecter de l'argent pour effectuer ce voyage de bénévolat en Grèce. Ainsi, elles ramassent des bouteilles en verre utilisées, les ornent de fleurs et les vendent pour 4,6 à 7,8 dollars l'unité.

Gabriela Shapazian
© Sputnik . Gabriela Shapazian
Gabriela Shapazian

« Ces gens ont vraiment besoin de notre aide. C'est un problème humanitaire. Toutes les grandes organisations, comme l'Organisation des Nations unies, à l'exception de Médecins sans frontières, ne font rien pour résoudre la crise. Ce sont les gens comme moi et ma mère qui quittent littéralement tout pour aider des migrants », a-t-elle ajouté.

Pourtant, la vie des bénévoles en Grèce est difficile. Ils sont confrontés à de nombreux problèmes et doivent les surmonter pour arriver à aider leur prochain.

« J'ai vu de mes propres yeux des gens mourir de froid. Mais je ne pouvais pas m'arrêter et tout lâcher car il y avait encore 10 ou 15 bateaux avec des réfugiés qui arrivaient. Des centaines de gens avaient besoin de mon aide », a conclu la Brésilienne.

Gabriela Shapazian
© Sputnik . Gabriela Shapazian
Gabriela Shapazian

Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join ».

Lire aussi:

Les réfugiés afghans «déçus» par la vie en Europe
Pied de nez à l’UE: les Hongrois aux urnes pour le référendum anti-réfugiés
Berlin débloque 200 M EUR pour fournir du travail aux réfugiés syriens au Proche-Orient
Il apprend aux réfugiés l’art de la «coexistence pacifique»
Tags:
aide, réfugiés, migrants, Grèce, Brésil
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook