Ecoutez Radio Sputnik
    Non, la Grande barrière de corail n'est pas morte!

    Non, la Grande barrière de corail n'est pas morte!

    © Flickr/ Mads Bødker
    Société
    URL courte
    0 72

    Des scientifiques démentent la «mort» de la Grande barrière de corail après la récente publication de sa nécrologie.

    Une nécrologie de la Grande barrière de corail, publiée le 11 octobre par le vulgarisateur scientifique Rowan Jacobsen, a bouleversé les médias du monde entier et a provoqué une vive réaction des océanographes et des écologistes. «La Grande Barrière de corail est décédée suite à une maladie grave. Elle avait 25 millions d’années », lit-on au début de la nécrologie.

    A la fin du XXe siècle, l’état général de la Grande barrière s’est considérablement aggravé. Malgré les efforts déployés par des militants visant à attirer l’attention sur son extinction, on n’a pas réussi à sauver le « malade », poursuit M. Jacobsen dans son article.

    « Ce monde aquatique auparavant plein de jolies couleurs, ressemble maintenant à un champ de bataille abandonné : les poissons flottent rarement parmi les coraux morts ».

    ​Jacobsen impute la mort de la Grande barrière de corail aux autorités australiennes et à l’indifférence générale sur sa maladie. La publication de cette nécrologie a fait couler beaucoup d'encre. Cependant, les avis sont partagés : si chez les internautes la nécrologie a provoqué une vague de sympathie, la plupart des écologistes et des océanographes ont protesté.

    La Grande barrière n’est pas entièrement morte, mais sa grande partie l'est, ce qui est déjà triste. RIP, la Grande barrière de coral.

    ​La Grande barrière de corail n’est pas morte, car « être mort » et « être en train de mourir » sont deux choses différentes, affirment-ils. En outre, les scientifiques accusent Jacobsen de provoquer le découragement. De telles déclarations dramatiques sous le slogan « tout est perdu » ne font qu’aggraver la situation. Elles tuent l’espoir, alors qu'il faudrait s’organiser et lutter, a notamment écrit sur Facebook Russell Brainard, chef du programme consacré aux études des écosystèmes des récifs.

    La Grande barrière de coral N’EST PAS morte!! (Il n’y a pas de sources légitimes) Cependant elle est dans un état critique et nous devons continuer d’en parler !

    ​Penser que la Grande barrière de corail est irrévocablement morte constitue une faute dangereuse, écrivent d’autres internautes. Cela veut dire qu’on peut baisser les bras, mais on doit se battre.

    Ensemble, l’humanité peut freiner le réchauffement climatique, qui représente l’une des raisons principales de la mort des récifs. La hausse de la température moyenne des océans et la pression atmosphérique croissante connue sous le nom de El Nino, qui cause des hausses de température de l’eau dans l’hémisphère sud, créent des conditions insupportables pour les coraux. Néanmoins, ce processus est réversible si nous freinons le réchauffement climatique.

    Lire aussi:

    «Fiche le camp!»: un pêcheur chasse un requin blanc à coups de balai (vidéo)
    Des chercheurs reproduisent le visage d’un guerrier mort il y a 3500 ans
    La Chine lance sa plus longue mission spatiale habitée
    Incroyable vidéo d’un éléphanteau qui sauve un garde de la noyade
    Tags:
    coraux, El Niño, réchauffement climatique, Australie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik