Ecoutez Radio Sputnik
    Les enfants sans identité, véritable fléau mondial

    Les enfants sans identité, véritable fléau mondial

    © AP Photo / Aleppo Media Center
    Société
    URL courte
    221
    S'abonner

    Plus de 230 millions d’enfants de notre Planète n'ont pas d'existence légale, faute d'avoir été enregistrés lors de leur naissance. Et le phénomène pourrait s'amplifier...

    Vivre sa vie mais ne pas exister administrativement ? Il s'agit d'une réalité quotidienne pour ceux qu'on appelle les « enfants-fantômes ». Un véritable fléau, pointé du doigt par Laurent Dejoie, notaire et directeur de l'Association du notariat francophone, dans son livre « Les Enfants fantômes » écrit en collaboration avec Abdoulaye Harissou.

    Selon lui, en 2012, 60 % seulement des bébés ont été enregistrés à leur naissance. Ils sont automatiquement privés de tous droits sociaux, dont la santé et l'éducation.

    « Rien ne saurait justifier le silence. (…) Tout être humain a droit au respect de sa personne et de sa dignité. Parce qu'il n'a pas d'existence légale, il est un enfant perdu dans ce monde difficile. Il est condamné, par là-même, à l'ignorance, la misère et le rejet social », a poursuivi de son côté l'essayiste et homme politique français Robert Badinter, auteur de la préface du livre.

    Le problème est particulièrement visible dans les zones géographiques touchées par la pauvreté, la discrimination, les épidémies ou les conflits armés. En outre, ces enfants y sont souvent mal traités et exploités par les adultes, d'après l'Unicef, ce qui constitue une dérogation directe à la Convention des droits de l'enfant.

    Malgré le développement de certaines économies, le nombre total d'« enfants invisibles » devrait être multiplié par deux d'ici 2050.

    Par contre, plusieurs organisations non-gouvernementales s'efforcent de trouver des solutions permettant de briser l'anonymat des enfants à travers le monde, faisant appel aux technologies. Par exemple, l'association Plan international a lancé une application mobile qui simplifie la notification de l'état civil des naissances.

    « Aller chercher le document, ce n'est pas la priorité, le plus important, c'est de faire savoir qu'un enfant a vu le jour", a précisé Yvan Savy, directeur du Plan international et gérant de la campagne « Chaque enfant compte », qui a vu le jour en 2005.

    Le programme de cette ONG a notamment permis d'établir l'identité de plus de 40 millions d'enfants.

    Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join »

    Lire aussi:

    Des enfants syriens jouent à Pokémon Go pour échapper à la réalité d’Alep
    Rendez-leur leur enfance: pourquoi l’éducation est cruciale pour les enfants réfugiés
    Un Britannique reconnaît son fils de 13 ans sur une vidéo de Daech
    Tags:
    fantôme, livre, conflit, application, ONG, Les Enfants fantômes, Plan International, Unicef (Fonds des Nations unies pour l'enfance), Robert Badinter, Abdoulaye Harissou, Laurent Dejoie, Yvan Savy
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik