Ecoutez Radio Sputnik
    Hugs

    Un service d’excuses désormais en ligne en Turquie

    © Flickr/ Stuart Chalmers
    Société
    URL courte
    0 171

    Plus de 300 Turques vexés ont retrouvé la paix grâce à un nouveau service gratuit sur les réseaux sociaux.

    Plus de 10 000 personnes se sont enregistrées sur le service en ligne Excusez-vous depuis son lancement en juin dernier par un groupe de 26 bénévoles, composé de médecins, d'ingénieurs et de fonctionnaires, dans la ville turque d'Eskisehir.

    « Nous aimons les gens et par notre bonne volonté, nous voulons les libérer de souffrances gratuitement. On nous appelle de diverses provinces du pays. Notre but est d'apprendre aux gens à s'excuser. Ce désir est déjà un bon début », s'est réjoui Ilkay Mustafa Günes, l'un des fondateurs du service turc Excusez-vous.

    Selon lui, la demande a dépassé ses attentes. Et dans ce cas-là, c'est au tour du centre d'appels du service de présenter ses excuses aux personnes en ligne.

    L'opérateur téléphonique reçoit un message du client qui a visité la page du service sur Facebook, Twitter ou Instagram et appelle la personne indiqué par celui qui veut s'excuser auprès d'elle. De plus, l'opérateur peut également donner des conseils au client à l'autre bout du fil.

    Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join »

    Lire aussi:

    Obama se rendra à Hiroshima mais ne demandera pas pardon
    Izvinitié: comment Erdogan a présenté ses excuses à Poutine en russe
    Pape François: l'Eglise doit demander pardon aux homosexuels
    Trois Françaises mineures auraient été offertes à Epstein par Brunel en «cadeau d'anniversaire»
    Tags:
    fondateur, ingénieurs, bénévolat, excuses, réseaux sociaux, Twitter, Facebook, Instagram, Ilkay Mustafa Günes, Eskisehir, Turquie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik