Société
URL courte
892
S'abonner

Livres exempts de taxes, droit de lire pendant les heures de travail, matériel de lecture dans les cafés… Le royaume des mille et une nuits s’est fixé un nouvel objectif, dont la construction d’une économie du savoir et l’adoption d’une loi sur la lecture constituent la première étape.

Passer le maximum de son temps avec un livre en mains, voici ce que prône la nouvelle loi récemment adoptée aux Émirats arabes unis. Afin de valoriser la lecture, élément clé d'une économie du savoir, ce petit pays connu traditionnellement pour son exploitation pétrolière a adopté tout un éventail de mesures, raconte le site PJ media.

Les fonctionnaires émiratis seront ainsi autorisés à lire pendant leurs heures de travail, car ceci contribuera à augmenter leur productivité, le matériel de lecture sera exempt de toutes taxes alors que cafés et centres commerciaux seront obligés de proposer à leurs clients de la lecture.

L'objectif de cette vaste campagne ? « Soutenir le développement du capital humain » et « consolider l'image des Émirats arabes unis en tant que model dans la région », explique l'agence de presse émiratie WAM.

« Notre objectif est de faire de la lecture une habitude ancrée dans le quotidien de nos citoyens », a fait valoir le premier ministre des Émirats arabes unis Sheikh Mohammed bin Rashid Al Maktoum.

Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join »

 

Lire aussi:

Les photos du catamaran des EAU détruit se répandent sur la Toile
Nicolas Cage voudrait lire Dostoïevski en version originale
Un appareil capable de lire les livres fermés voit le jour
Voici ce que l’on risque en publiant son QR Code de vaccination sur Internet
Tags:
lecture, Émirats Arabes Unis
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook