Société
URL courte
11370
S'abonner

Quelques instants avant sa mort, un petit garçon de sept ans gravement malade a passé un message encourageant mais déchirant à ses amis.

Marshall Clark, de la ville de Plymouth du Comté du Devon en Angleterre, a raconté à ses amis sa vie posthume où il sera apte à faire du vélo, manger des framboises, parler, courir, regarder des vidéos et savourer son enfance par-delà les nuages.

« Je me sentirai à l'aise, car ma mère m'a tout décrit sur ce qu'il y avait dans les cieux et sur les belles choses que je ferai là-bas », a estimé le garçon dans son message, publié par sa famille sur le blog de sa grand-mère Elsie.

Le petit garçon a été privé de ses loisirs préférés ces trois dernières années suite à une maladie juvénile génétique rare, celle de Batten, qui a attaqué son système nerveux. Depuis le début 2016, cloué au lit, le garçon a perdu la vue, la mobilité et n'était plus capable de communiquer.

« Il est au paradis. Ici, ça a été son enfer, mais il est déjà libre », a déclaré sa mère.

« Soyez heureux pour moi, parce que je ne suis plus enfermé dans mon corps qui freinait mon aptitude à savourer mon enfance. Maintenant, je suis libre de faire tout ce qui m'a tellement manqué ici », a écrit le petit héros.

Marshall Clark est parti quelques jours avant son huitième anniversaire.

Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join »

Lire aussi:

Quand le ballet s’invite à l’hôpital pour divertir les enfants malades
L’instant touchant: premier câlin pour ce petit garçon autiste
Une poupée à son image pour une petite handicapée
Trump désigne «la plus grande erreur» de l’Histoire des États-Unis
Tags:
loisirs, anniversaire, enfants, message, malades, Plymouth, Devon, Angleterre
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook