Société
URL courte
Présidentielle US 2016: jour du scrutin et résultats (108)
0 30
S'abonner

On connaît bien les opinions politiques et le programme de campagne des candidats à la présidentielle américaine. Mais savez-vous pourquoi Obama avait pour habitude de tendre le pouce vers son interlocuteur et pourquoi il est convenu de dire "monsieur le président" même aux anciens chefs d’État?

Voici les particularités les moins connues de la politique et des campagnes présidentielles américaines.

Pourquoi les élections se déroulent-t-elles toujours un mardi?

Le taux de participation des électeurs à la présidentielle américaine est l'un des plus bas dans les pays démocratiques développés et même si plus d'un quart de ceux qui ne participent pas au vote justifient leur abstention par le fait qu'ils sont trop occupés, les efforts pour organiser les élections un week-end ont échoué.

Depuis 1845, c'est donc le mardi suivant le premier lundi de novembre que se déroule l'élection présidentielle.

Au milieu du XIXe siècle, les États-Unis étaient un pays agricole et à cette époque les agriculteurs devaient se rendre à cheval ou en charrette au bureau électoral le plus proche, qui se trouvait parfois à plusieurs kilomètres de leur ferme.

Le samedi était un jour de travail, le dimanche les paroissiens se rendaient à l'église et il était malvenu de voyager, alors que le mercredi était la journée du marché. Il ne restait donc que le mardi.

Pas de lunettes de soleil

Les hommes politiques ne se font pratiquement jamais prendre en photo avec des lunettes de soleil, même en vacances, notamment pendant les campagnes électorales.

"Les électeurs sont moins enclins à faire confiance à ceux dont les yeux sont cachés derrière des lunettes", explique Parker Geiger, consultant pour l'image d'Atlanta.

"Simplement, vous ne sentez pas la personnalité de l'individu en l'absence de contact visuel — c'est normalement par ce biais que vous établissez des relations de confiance. Les lunettes de soleil établissent une barrière entre vous et d'autres personnes. On dit que les yeux sont le miroir de l'âme, or si je ne vois pas le reflet de votre âme comment puis-je vous faire confiance?", résume-t-il.

Dans le Nevada, on peut voter "contre tous"

Le produit dans la vitrine d'un magasin ne vous plaît pas? Alors ne l'achetez pas.

De la même manière, dans l'État du Nevada, les électeurs peuvent voter "contre tous".

Cette case, introduite sur les bulletins de vote en 1976, est de plus en plus utilisée.

En 2010 la lutte pour le siège de sénateur était particulièrement enflammée: 2,25% des électeurs avaient décidé de ne pas voter pour le démocrate Harry Reid ni pour son rival républicain Sharron Angle en votant "contre tous". Reid avait finalement remporté cette élection.

Le pouce, symbole de force masculine

Le président Obama utilise très souvent son pouce pour souligner l'importance de ses propos: il avance son poignet en direction de son interlocuteur avec le pouce comme posé sur la main serrée légèrement.

Obama a probablement été formé pour ce geste qui pourrait sembler peu naturel dans une communication ordinaire. Selon Patti Wood, spécialiste du langage corporel, cela a été fait pour qu'Obama paraisse plus fort et plus déterminé.

"C'est une arme symbolique. On apprend aux orateurs ce geste pour qu'ils aient l'air plus puissants, plus forts et qu'ils captent l'attention du public. Dans les débats politiques ils soulignent la pensée et permettent de montrer sa force", explique Patti Wood, auteure d'un livre sur la gestuelle et le charisme.

Au niveau du subconscient, c'est un symbole phallique, ajoute-t-elle.

"C'est un signe masculin. En montrant le pouce les hommes disent en quelque sorte: je suis un homme."

"Président" à vie

Aux USA, il ne peut y avoir qu'un seul président en exercice mais on s'adresse toujours à Bill Clinton et George Bush comme "président Clinton" et "président Bush".

Pendant les primaires républicaines en 2012, Newt Gingrich était appelé "monsieur le président" même s'il avait été président de la Chambre des représentants du congrès américain pendant quatre ans et avait quitté ce poste il y a presque 14 ans.

Aussi étrange que cela puisse paraître, la phrase "les présidents Clinton et Obama" est admissible, traditionnelle et opportune, déclare l'écrivain Daniel Post-Senning, porte-parole de l'Institut Emily Post — arbitre suprême de l'étiquette américaine.

"Cela montre notre respect envers les institutions du pouvoir et que nous sommes en démocratie. Ces fonctions sont si importantes que leur nom devient un titre professionnel", dit-il.

"Je le compare à un juge ou à un médecin qui prend sa retraite. Ils se sont beaucoup investi dans leur identité professionnelle, et ils sont nombreux à continuer d'utiliser leurs titres professionnels."

On peut perdre les élections et entrer à la Maison blanche

Quatre fois dans l'histoire américaine, un candidat ayant remporté moins de voix que son rival est devenu président.

En effet, le vainqueur doit obtenir la majorité des voix des grands électeurs, dont le nombre est déterminé par le nombre d'habitants de chaque État.

La présidentielle est donc décomposée en 51 élections (50 États et Washington, district de Columbia), et le vainqueur est le candidat qui a obtenu au moins 270 voix de grands électeurs.

En 2000, George W. Bush a remporté la présidentielle alors qu'il avait obtenu 0,5 million de voix de moins qu'Al Gore. Cependant, il avait été soutenu par 271 grands électeurs, ce qui avait suffi pour sa victoire.

Il est tout à fait possible que la personne qui prêtera serment en janvier 2017 remporte moins de voix que son adversaire.

30% des électeurs décident de l'issue du vote

Seulement 30% de la population américaine décide réellement de l'issue de l'élection.

La plupart des États américains, y compris quatre des cinq les plus peuplés, soutiennent si résolument les républicains ou les démocrates que les candidats n'y organisent même pas de campagne électorale.

Pour remporter les 270 voix des grands électeurs, les deux camps s'affrontent pour quelques États indécis.

Les voix de 70% des Américains qui vivent en Californie, au Texas, en Géorgie, à New York, dans l'Illinois et dans 35 autres États seront évidemment prises en compte dans la formation du collège de grands électeurs, mais elles ne joueront pas un rôle déterminant dans les résultats du vote.

Voter sans enregistrement

Le Dakota du Nord est le seul État où il n'est pas obligatoire de s'enregistrer pour voter.

Même s'il s'agissait d'un des premiers États où, au XIXe siècle, les électeurs devaient s'enregistrer, cette procédure a été annulée en 1951. Le site officiel des autorités du Dakota du Nord indique que cette annulation s'explique par la cohésion des communautés rurales de l'État.

"Le système de vote dans le Dakota du Nord, y compris l'absence d'enregistrement des électeurs, est dû au fait que l'État compte majoritairement une population rurale, et peu d'électeurs votent dans les bureaux."

"Des bureaux de vote relativement réduits sont créés pour que les commissions électorales connaissent personnellement les électeurs qui viennent voter le jour des élections. Ils peuvent facilement identifier ceux qui ne doivent pas voter."

Pour voter aux États-Unis, les électeurs doivent être des citoyens américains majeurs qui résident sur le territoire du bureau de vote depuis au moins 30 jours. Et ils doivent tout de même montrer leur passeport si le personnel du bureau de vote ne les reconnaît pas.

Dossier:
Présidentielle US 2016: jour du scrutin et résultats (108)

Lire aussi:

Élections US : quand le communautarisme convient à la presse française
Que pensent les parisiens des élections aux États-Unis?
Obama veut renvoyer le directeur du FBI après les élections US
Élections US: qui est en pôle dans les sondages à la veille du scrutin?
Wikileaks va-t-il bouleverser le résultat des élections américaines ?
Trump n’exclut pas de contester les résultats des élections
George W. Bush vote blanc à l'élection présidentielle
Présidentielle US: les électeurs constatent des pannes de machines de vote en série
Tags:
Présidentielle américaine 2016, États-Unis
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook