Société
URL courte
621
S'abonner

Une récente recherche a révélé que les jeunes Français préféraient de plus en plus passer du temps devant les écrans de leurs appareils électroniques que d’expérimenter des stupéfiants ou l’alcool.

La récente étude de l'Observatoire français des drogues et des toxicomanies (OFDT), publiée mercredi 7 décembre, a révélé que la nouvelle génération de Français, la génération soi-disant « ultra-connectée », passent de plus en plus de temps devant des écrans.

Mais où est le problème ? Il s'est avéré que cette tendance a une conséquence inattendue et assez positive. La passion des jeunes Français pour les gadgets électroniques les distrait de l'alcool, du tabac et du cannabis, informe Les Echos.

« Par rapport à 2005, les jeunes démarrent aujourd'hui leur consommation de tabac huit mois plus tard et celle de cannabis quatre mois plus tard en moyenne, ce qui est un écart considérable statistiquement », constate François Beck, le directeur de l'OFDT.

Ainsi, la recherche révèle que les jeunes consomment leur premier verre d'alcool en moyenne à 15,2 ans, la première cigarette à 14 ans et le premier joint à 15,3 ans.

L'OFDT croit qu'Internet et les appareils électroniques sont les principales raisons expliquant ce recul de la précocité.

Les jeunes passent aujourd'hui la plupart de leur temps libre devant des écrans et n'ont pas, tout simplement, d'opportunités de consommer des substances stupéfiantes.

« La génération née entre 2000 et 2005, qui a entre 11 et 16 ans aujourd'hui, passe beaucoup plus de temps connectée aux écrans que la précédente, ce qui est de nature à éloigner ces jeunes d'un certain nombre d'opportunités de consommer, notamment hors du regard des adultes référents », clarifie M. Beck.

Les scientifiques soulignent, dans le même temps, qu'une autre raison principale est le comportement des adultes, que les adolescents jusqu'à 12-13 ans tentent de reproduire. Plus précisément, il ne s'agit pas du comportement des adultes en général, mais du comportement des parents des jeunes de cette génération « ultra-connectée ».

Ainsi, le directeur de l'OFDT souligne que ces parents sont plus prudents en termes de santé et consomment moins de tabac et d'alcool que les générations précédentes, ce qui a un impact direct sur les habitudes des jeunes.

Avec le comportement des adultes, c'est aussi « l'environnement » qui a été changé par les politiques publiques de prévention. François Beck cite l'exemple de l'interdiction de fumer dans les lieux publics fermés. Auparavant, cela pouvait être considéré comme une norme qui influençait les jeunes à essayer de fumer. Maintenant, ce « motivateur » supplémentaire n'existe plus.

Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join ».

Lire aussi:

Le tabac entraîne la démence
Ce produit qui pourrait remplacer l’alcool d’ici 30 à 40 ans
Les jeunes plus que jamais en désamour avec la politique
80% des jeunes Italiens vivent toujours avec leurs parents
Tags:
tabagisme, jeunes, Observatoire français des drogues et des toxicomanies (OFDT), France
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook