Ecoutez Radio Sputnik
    Yelena Isinbayeva

    Meilleurs vœux de Noël et de Nouvel An en italien de la part d’Yelena Isinbayeva

    © Sputnik .
    Société
    URL courte
    8170
    S'abonner

    Dans une interview exclusive accordée à Sputnik, la double championne olympique de saut à la perche Yelena Isinbayeva évoque l’année 2016, remercie ses fans de leur soutien et parle de sa vie en Italie, dont elle a maîtrisé la langue.

    Pour la double championne olympique de saut à la perche Yelena Isinbayeva, l'année qui tire à sa fin a été à la fois positive et négative. C'est ce qu'elle a déclaré à Sputnik en adressant à tout le monde les meilleurs vœux de Noël et de Nouvel An en italien.

    « Quant au négatif, je n'ai pas été autorisée à participer aux JO d'été à Rio de Janeiro, ce qui ne m'a pas permis d'y gagner ma troisième médaille d'or pour laquelle j'avais tant travaillé. Quoi qu'il en soit, je suis heureuse d'avoir achevé ma carrière sportive avec le meilleur résultat de la saison lors du championnat de Russie. Après les Jeux, j'ai été élue représentante des athlètes au Comité international olympique (CIO) et nommée directrice de l'Agence antidopage russe », a raconté Mme Isinbayeva.

    Et d'ajouter que son mari et sa fille allaient bien et que, somme toute, elle n'avait pas à se plaindre.

    Sorpresa! Gli auguri di Buon Natale di Elena Isinbayeva http://sptnkne.ws/ddxa

    Опубликовано Sputnik Italia 24 декабря 2016 г.

    L'interlocutrice de Sputnik a évoqué par ailleurs la période qui avait précédé les JO de Rio et le soutien qui lui avaient été apporté par ses fans à travers le monde. Grâce à ce soutien, la perchiste, qui n'avait jamais été contrôlée positive, a compris qu'elle n'était pas seule dans son combat.

    « Le dopage est un problème strictement individuel et je veux que tous les athlètes s'en rendent compte au plus vite », a souligné la championne.

    Mme Isinbayeva a également parlé des cinq années pendant lesquelles elle avait vécu et s'était entraînée à Formia, en Italie, pays où elle avait établi l'un de ses multiples records en 2008.

    « Je garde les meilleurs et les plus chaleureux souvenirs de l'Italie. Ça a été cinq années inoubliables de ma carrière, le public italien m'ayant accueillie dès le début, de telle sorte que je m'y suis sentie comme chez moi (…) Et comme j'ai appris l'italien, je comprends un peu mieux le monde étant sortie du cadre de la langue anglaise », a estimé l'interlocutrice de l'agence, en exprimant sa reconnaissance à son entraîneur Vitali Petrov et à toute son équipe en Italie qui l'ont aidé dans son apprentissage de cette nouvelle langue.

    Double championne olympique, aux jeux d'Athènes 2004 et de Pékin 2008, Yelena Isinbayeva est également triple championne du monde et championne d'Europe. Elle est l'actuelle détentrice du record du monde de la perche féminine, avec 5,06 mètres franchis en plein air à Zurich en 2009.

    Elle a été élue athlète de l'année par la Fédération internationale d'athlétisme (IAAF) en 2004, 2005 et 2008. Le 24 juillet, le CIO n'a pas autorisé l'équipe russe d'athlétisme, y compris Yelena Isinbayeva, à participer aux JO d'été de Rio de Janeiro.

    Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join »

    Lire aussi:

    Isinbayeva, élue membre d'une commission du CIO, défendra les sportifs russes
    Isinbayeva privée des JO de Rio: quelle est la faute de la tsarine de la perche?
    Italie: un homme politique destitué pour avoir critiqué la Russe Isinbayeva
    Tags:
    médailles olympiques, championnat, athlètes, langue, dopage, JO 2016 de Rio de Janeiro, Fédération internationale d'athlétisme (IAAF), Comité international olympique (CIO), Sputnik, Yelena Isinbayeva, Rio de Janeiro, Zurich, Italie, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik