Ecoutez Radio Sputnik
    Une Veuve Noire

    Une «Veuve Noire» aperçue dans un cimetière brésilien (photos)

    Eduardo Matysiak/Arquivo Pessoal
    Société
    URL courte
    6424
    S'abonner

    Le jeune photographe Eduardo Matysiak a réalisé une prise de vues tout à fait particulière qui est devenue très populaire sur Internet. Il a fait des clichés de son amie, la vétérinaire Karina Pop, dans un des cimetières d’une ville du sud du Brésil, donnant naissance à la légende d’une «Veuve Noire».

    Une prise de vues étonnante appelée « Veuve Noire » a bouleversé l'Internet brésilien. Le jeune photographe Eduardo Matysiak a pris des clichés de son amie, la vétérinaire Karina Pop, dans un des cimetières de la ville de Guarapuava, dans le sud du Brésil. La jeune femme se présente sous les traits d'une veuve noire.

    Une Veuve Noire
    Eduardo Matysiak/Arquivo Pessoal
    Une Veuve Noire

    Dans une interview accordée à Sputnik, Eduardo Matysiak a expliqué qu'il voulait arrêter de faire des photos lors des mariages et fêtes d'enfants pour essayer quelque chose de nouveau. Après un dîner avec son amie Karina Pop il a eu une idée de faire des clichés dans un cimetière.

    « J'avais l'habitude de faire des photos lors des mariages, des anniversaires d'enfants, de faire des clichés pour les albums. Je voulais essayer quelque chose d'autre et j'ai pensé que Karina Pop était la meilleure candidature. Nous avons bavardé jusqu'au matin, elle a exprimé ses idées et nous avons ainsi décidé que tout se déroulerait au cimetière », raconte le photographe.

    Une Veuve Noire
    Eduardo Matysiak/Arquivo Pessoal
    Une Veuve Noire

    Selon Eduardo, Karina n'est pas une femme comme les autres, elle privilégie une coiffure particulière et possède un sens de l'humour bien à elle. Il précise qu'elle a déjà participé à d'autres projets.

    Une Veuve Noire
    Eduardo Matysiak/Arquivo Pessoal
    Une Veuve Noire

    Cette fois-ci, la prise de vues est basée sur une légende mystérieuse : il s'agit de l'histoire d'une veuve.

    « Nous avons créé le projet Veuve Noire, qui est basé sur l'histoire d'une femme qui a perdu tous ses époux, c'est un mystère. Elle habite au cimetière et les pleure. Nous tournerons un court métrage pour expliquer l'apparition de la Veuve Noire », signale le photographe.

    Une Veuve Noire
    Eduardo Matysiak/Arquivo Pessoal
    Une Veuve Noire

    Eduardo confie qu'il a été étonné par l'accueil que son projet a reçu sur Internet. Selon lui, ces amis ont été les premiers à le féliciter, l'un d'entre eux considérant qu'il s'agit d'un projet formidable qu'il n'avait eu l'audace de réaliser lui-même.

    « Oui, ça a été une surprise pour moi, tout comme pour Karina. C'est un sujet discutable, certains nous ont critiqués, mais nous avons reçu plus de commentaires positifs que négatifs. Je remercie tout le monde pour ces commentaires et je suis heureux d'avoir fait quelque chose qui a intéressé les spectateurs », indique Eduardo.

    Une Veuve Noire
    Eduardo Matysiak/Arquivo Pessoal
    Une Veuve Noire

    Le photographe explique la popularité du projet par l'intérêt du grand public à l'égard de tout ce qui est lié au surnaturel. Eduardo signale que les cimetières sont toujours associés à quelque chose de mystérieux, mais le projet a été réalisé dans le calme, excepté un léger sentiment étrange au début.

    Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join ».

    Lire aussi:

    Voulez-vous jouer aux échecs… avec une mannequin Dior? (photos)
    Taymodels, la 1ere agence vietnamienne internationale de mannequins
    Barbie et Amazone à la fois? Cette femme est bien réelle! (photos)
    Ce mannequin «XXL» lance un défi à l’industrie de la mode
    Tags:
    mystère, cimetière, photographie, Brésil
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik