Société
URL courte
38721
S'abonner

Une plaisanterie d'un goût douteux au sujet des tueries dans les écoles américaines a eu de lourdes conséquences pour la scénariste du Saturday Night Live, Katie Rich. La chaîne NBC l’a suspendue après qu’elle se soit moquée du fils du président américain, Barron Trump.

La scénariste du show télévisé Saturday Night Live Katie Rich a été suspendu indéfiniment de l'émission après s'être moquée sur Twitter de Barron Trump, le fils de 10 ans du président américain Donald Trump.

Lors de l'investiture du 45e président des États-Unis, Mme Rich a fait une plaisanterie à l'encontre de Barron, prédisant que l'adolescent deviendrait « le premier tireur de l'enseignement à domicile de ce pays. » Plusieurs internautes ont qualifié cette blague d'incitation à la haine.

Après environ trois heures, la scénariste a supprimé le tweet et a temporairement rendu son compte Twitter privé. Plus tard, elle a tweeté ses excuses à Barron Trump.

Même Chelsea Clinton, la fille de Hillary Clinton, rivale de Donald Trump dans la course présidentielle, a exprimé son soutien à Barron et a rappelé au public qu'il « méritait la chance de tout enfant, celle d'être un enfant. »

En outre, Chelsea a été soutenue par Monica Lewinsky, impliquée dans un scandale sexuel avec Bill Clinton, qui milite à présent contre l'intimidation et le harcèlement en ligne.

Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join »

Lire aussi:

L'administration Trump veut «reprogrammer» les jeunes Chinois
Trump commence à liquider l'héritage de l'époque Obama
Quelle sera la politique économique de Donald Trump?
Paris appelle les pays du Moyen-Orient à renoncer au boycott des produits français
Tags:
suspension, Barron Trump, États-Unis
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook