Société
URL courte
244
S'abonner

Si rien ne change, il faudra attendre 170 ans pour atteindre la parité économique entre les hommes et les femmes au travail, estiment les experts.

À l'heure actuelle, dans le monde entier, les salaires des hommes dépassent d'environ un quart ceux des femmes, constate dans un rapport Oxfam, une ONG de lutte contre « les injustices et la pauvreté ».

​Le rapport relève que dans le monde d'aujourd'hui, les femmes ont beaucoup moins de droits que les hommes pour se réaliser sur le plan professionnel. Par ailleurs, les femmes travaillent souvent sans être rémunérées quand il s'agit notamment de soigner les enfants, de faire le ménage ou de préparer les repas.

Le document indique en outre que dans 155 pays du monde, il y a au moins une loi qui accorde des avantages économiques aux hommes.

Oxfam estime par ailleurs que la discrimination systématique à l'égard des femmes et des filles est à la fois une cause et le résultat des inégalités qui engendrent la pauvreté. Et bien qu'il soit largement admis que la justice sociale doit passer par la réalisation des droits des femmes et malgré les progrès accomplis au cours des dernières décennies pour garantir ceux-ci, les femmes continuent de subir des violations de leurs droits.

Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join »

Lire aussi:

Turquie: l'égalité hommes-femmes "contre-nature", selon Erdogan
Le Parlement européen rejette un rapport sur l'égalité hommes-femmes
L'égalité hommes-femmes, une question prioritaire pour seulement 1/3 des Russes
Un policier roué de coups à Paris lors de la manifestation contre la loi Sécurité globale – vidéos
Tags:
pauvreté, femmes, homme, salaire, droit du travail, égalité, Oxfam
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook