Société
URL courte
4292
S'abonner

Sous la devise «From Russia with love», des activistes russes ont décidé d’offrir leurs vœux aux New-Yorkaises à l’occasion de la Journée internationale des femmes avec des fleurs.

Malgré la pluie incessante, les nuages noirs et l'absence de soleil, les rues de New York ont été éclairées par les sourires lumineux des femmes. Vêtus d'imperméables blancs avec les inscriptions et #MakeHerSmile et #FromRussiaWithLove, des bénévoles russes leur offraient des fleurs et des vœux à l'occasion de la Journée internationale des femmes, célébrée aujourd'hui 8 mars.

« C'était très inattendu et inhabituel pour elles. Ce n'est pas tous les jours, surtout à Times Square, que les filles reçoivent des fleurs simplement parce qu'elles sont ici. Ce n'est pas très fêté ici, et la Russie est perçue autrement », a expliqué l'un des activistes.

Lors de l'action, des écrans accrochés sur les bâtiments autour de la place affichaient une carte russe aux couleurs du drapeau tricolore avec l'inscription « From Russia With Love »:

Aux États-Unis, peu de gens sont au courant de cette fête, et, comme le notent les organisateurs, les New-Yorkaises ont été très surprises et impressionnées par cette action.

Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join »

Lire aussi:

Le métro moscovite se pare pour accueillir la fête des femmes!
Deux millions de Français contaminés par le Covid-19, affirme une étude britannique
Un couple gagne pour la deuxième fois au loto en 35 ans, voici leur secret
Le préfet de Paris estime que les personnes en réanimation sont celles qui n'ont pas respecté le confinement
Tags:
Journée internationale des femmes, message de félicitations, fleurs, New York, États-Unis, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook