Ecoutez Radio Sputnik
    Canard

    Cruauté sans bornes: un canard avec un couteau planté dans la tête recherché en Australie

    CC0 / Pixabay
    Société
    URL courte
    1111

    En Australie, un canard a été laissé pour mort dans un lac avec un couteau planté dans la tête, un «acte de cruauté délibéré», selon les inspecteurs. Une équipe chargée de la protection des animaux s'emploie à retrouver le martyr emplumé, sans résultat pour l'instant.

    Des protecteurs des animaux se sont lancés à la recherche d'un canard avec un couteau planté dans la tête après être tombés sur une photo du volatile dans un état critique. Cet acte de barbarie s'est produit dans un parc public dans le sud du pays, lit-on dans le Daily Mail.

    Selon les données préliminaires, le canard avait élu domicile dans un lac de la banlieue australienne de Nairne. Pourtant, après avoir fouillé le parc local, les secouristes n'ont pas réussi à localiser l'oiseau blessé.

    Les autorités exhortent à aider à rechercher l'oiseau qui nécessite une aide vétérinaire. Les inspecteurs ont appelé les citoyens à fournir à la police toute information sur cet « acte délibéré de cruauté ».

    Conformément à la législation australienne, la cruauté à l'égard des animaux est passible d'une grosse amende voire d'une peine de prison pouvant aller jusqu'à quatre ans d'emprisonnement.

    Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join ».

    Lire aussi:

    Un canard insolent trolle un tigre
    Polly, la chèvre qui se prend pour un canard
    Un chat déguisé en requin poursuit un canard
    Un canard en plastique, et le dîner de vos rêves est (peut-être) à vous!
    Tags:
    arme blanche, violences, oiseaux, canards, Australie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik