Société
URL courte
252
S'abonner

La vidéo intitulée «Les bruits de la guerre» présente la réaction de gens qui écoutent les sons enregistrés au cours d’affrontements dans les bidonvilles de Rio de Janeiro le 27 avril. Pourtant, les habitants de Rio qui l’écoutaient étaient certains que ça se passait en Syrie ou en Afghanistan, mais pas à quelques pas de chez eux.

Dans une interview accordée à Sputnik, Maria Morganti Pinheiro, productrice et réalisatrice de la vidéo « Les bruits de la guerre », explique que leur projet vise à sensibiliser l'opinion à l'égard des lourds affrontements dans les favelas (bidonvilles) de Rio, qui se sont aggravés ces derniers temps.
Ainsi, en lançant ce projet, les auteurs du projet voulaient montrer aux autorités que « la seule politique qu'ils ont proposé à Rio-de-Janeiro n'a pas fonctionné ». 

L'enregistrement que les habitants ont pu écouter a pris le 27 avril dans le Complexo de Alemao (ensemble de treize bidonvilles situé dans le nord de Rio de Janeiro) où les affrontements entre bandes de trafiquants de drogues d alternent avec les raids policiers depuis au moins cinq ans.

« Nous sommes sortis dans les rues et nous avons commencé à montrer aux gens cette vidéo et à leur demander où c'était filmé », explique Maria Morganti Pinheiro, avant de poursuivre:

« Nous voulions attirer l'attention [sur le problème, ndlr], parce que depuis que ces conflits se sont aggravés, personne disait rien, ni le gouverneur [de l'état de Rio de Janeiro, ndlr], ni le président. Et nous avons compris qu'il fallait en parler d'une autre manière; c'est ainsi qu'est née cette vidéo».

Les résidents du Complexo do Alemao manifestent pour demander la paix après cinq jours de combats intenses
Betinho Casas Novas / Jornal Voz das Comunidades
Les résidents du Complexo do Alemao manifestent pour demander la paix après cinq jours de combats intenses

Les gens des quartiers cossus de Rio de Janeiro habitent dans la « Norvège » locale, explique l'auteur du projet. Si l'on prend des paramètres comme l'indice de développement humain (IDH), l'indice est très différent de celui dans d'autres quartiers de la ville, poursuit-elle. La communication ne passe pas, ils ne savent pas ce qui se passe juste à côté d'eux. Ils habitent la soi-disant « île » à Rio-de-Janeiro, entièrement isolée des problèmes.

« Nous voulons que les autorités voient ce qui se passe et admettent que la seule politique qu'elles ont a proposé à Rio de Janeiro, n'a pas marché », conclut Mme Morganti Pinheiro.

Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join »

Lire aussi:

Il vient de braquer un McDonald’s mais ne s’attendait pas à tomber sur ce genre de clients
Les photos d’un chat-garou affolent la toile - photos
Une pitbull enceinte se lance dans un combat mortel avec un cobra pour sauver ses maîtres – vidéo
Expulsée d’un sauna à cause de son maillot de bain jugé «inapproprié», elle soupçonne une autre raison – photo
Tags:
Rio de Janeiro, Brésil
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook