Société
URL courte
481
S'abonner

Les aborigènes australiens ont gardé dans leur mémoire historique une légende d’une éruption volcanique qui a eu lieu il y a près de 7.000 ans. Ainsi, un peuple ne connaissant pas l’écriture a transporté cette histoire par la tradition orale à travers de nombreuses générations.

Les géologues de plusieurs centres de recherches écossais et australiens ont étudié les échantillons de roche provenant des coulées de lave autour du volcan Kinrara, dans l'État australien du Queensland, signale le Daily Mail. Les chercheurs mentionnent des récits enregistrés dans les années 1970 lors d'expéditions dans des tribus locales d'aborigènes.

Un ancien avait alors raconté une légende sur une soi-disant fosse et la présence d'une quantité élevée de poussière dans l'air. Un feu coulant comme une rivière avait également été évoqué par l'interlocuteur des chercheurs.

Les scientifiques estiment que cette histoire ressemble à la description d'une éruption volcanique. Après les vérifications réalisées, ils ont pu découvrir que la dernière catastrophe naturelle du Kinrara avait eu lieu il y a près de 7 000 ans (à plus ou moins 2 000 ans). Ainsi, de nombreuses générations d'aborigènes australiens ont conservé la mémoire de cet événement passé à travers leur tradition orale.

Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join ».

Lire aussi:

Une destination «vers nulle part» pour des touristes en Australie
Un garçon de 12 ans laisse son chiot sur le seuil d'un refuge avec une note déchirante - photos
Coronavirus: deux nouveaux cas recensés en France
Ce célèbre Français a perdu près de 5 milliards de dollars en 24h à cause du coronavirus
Tags:
peuples autochtones, chercheurs, Australie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook