Société
URL courte
Législatives 2017 en France (55)
16190
S'abonner

Peu avant l’annonce de la «Bérézina» du Parti socialiste au premier tour des législatives, des internautes ont décidé de plaisanter et mis en vente sur le site Leboncoin le siège du Parti socialiste, qui nécessite d’être rénové «pour en faire un musée, folklore français».

Sans attendre l'annonce de la défaite des socialistes et de leurs alliés au premier tour des élections législatives, qui n'ont obtenu que 9,51 % des voix, des Français ont d'ores et déjà mis en vente, pour rire, le siège du Parti socialiste.

« Siège PS 10 rue de Solférino à rénover », a écrit un plaisantin sur le site d'annonces gratuites Leboncoin.

Une offre plutôt alléchante: un bâtiment pittoresque d'une surface de 500 mètres carrés, de 30 pièces, situé en plein centre de Paris, avec une excellente vue… Vraiment difficile de résister. L'annonce accompagnée d'une belle photo est toujours active sur le site.

Les « mauvais résultats électoraux » sont notamment mentionnés comme raison de la vente du « monument historique » qui pourrait devenir, d'après l'auteur de l'annonce, un musée folklorique français.

« Vends monument historique — ancien siège du parti socialiste — au 10 rue de Solférino à Paris cause mauvais résultats électoraux. Bien pour en faire un musée, folklore français », a écrit un certain « Camba » dans la description.

Le surnom « Camba » fait allusion à Jean-Christophe Cambadélis, le premier secrétaire du PS. Il a été député de la 16e circonscription de Paris pendant 10 ans avant d'être chassé de son fauteuil dimanche soir.

Dossier:
Législatives 2017 en France (55)

Lire aussi:

La République en marche décroche une victoire décisive au 1er tour
Projection pour le 2nd tour: jusqu'à 445 sièges sur 577 pour La République en marche
Législatives: La République en marche en tête avec 32% des voix, suivi par LR et le FN
Avec Macron, la Dictature en marche
Tags:
ventes, élections législatives, Parti socialiste français (PS), Paris, France
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook