Ecoutez Radio Sputnik
    Pas de politique sur le ring: les fans russes de boxe se lèvent pour l’hymne ukrainien

    Pas de politique sur le ring: les fans russes de boxe se lèvent pour l’hymne ukrainien

    © Sputnik. Ramil Sitdikov
    Société
    URL courte
    2120

    Presque tout le monde s’est levé pour l’hymne ukrainien lors du combat entre le boxeur russe Alexander Povetkin et l’Ukrainien Andrey Rudenko. Mêmes les fans russes, dont comportement a suscité la polémique parmi les internautes.

    Comme le veut la tradition, les organisateurs du match ont diffusé les hymnes nationaux avant le début du combat entre le boxeur russe Alexander Povetkin et l'Ukrainien Andrey Rudenko. Presque tout le monde s'est levé lors de l'hymne ukrainien, y compris les fans russes, ce qui a surpris les internautes.

    «Et quoi, nous devons nous mettre à pleurer avec attendrissement?», indique un homme sur Facebook.

    Une internaute a également souligné qu'«Il serait mieux qu'ils (les Russes, ndlr) retirent leurs troupes que de jouer au frère».

    Néanmoins, il y a aussi eu ceux qui ont essayé d'expliquer que le comportement des fans russes était habituel et n'avait aucune arrière-pensée politique.

    «Les gens sont venus pour regarder un match de boxe, c'est tout. Ils n'ont pas besoin de politique et de la mélanger avec le sport. Bravo les spectateurs, qui ont montré comment il faut agir dans les tribunes», a souligné un autre internaute sur YouTube.

    Le boxeur russe Alexander Povetkin a battu le 1er juillet l'Ukrainien Andrey Rudenko dans le combat pour les titres WBO et WBA. Le combat a eu lieu à Moscou et a duré 12 rounds.

    Lire aussi:

    Pas de racisme au Mondial 2018: «les fans russes ont changé» selon Hulk
    Coupe du monde 2018: les Chinois ne croient pas aux histoires sur les fans russes
    Des supporters russes ont proposé aux fans ivoiriens de goûter du thé d’un vrai samovar
    Tags:
    hymne, fans, boxe, Alexandre Povetkine, Moscou, Ukraine, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik