Société
URL courte
392
S'abonner

La tête enserrée entre les mâchoires d’un animal sauvage – ce cauchemar devenu réalité a été vécu par un adolescent américain qui s’est réveillé à cause des craquements produits par un ours en train de mordre son crâne. Heureusement, il a pu se sortir vivant de cette abominable histoire.

Un jeune homme de 19 ans du nom de Dylan a reçu de graves blessures au visage et au crâne après qu'un ours a essayé de le traîner hors de son sac de couchage vers 4 heures dimanche matin. L'attaque s'est produite au Glacier View Ranch dans le comté de Boulder, Colorado, où l'adolescent travaille comme instructeur en techniques de survie.

Alors que l'ours traînait le jeune homme, Dylan ainsi que d'autres personnes hurlait et frappait l'animal qui l'a finalement relâché, a déclaré un porte-parole de Colorado Parks and Wildlife.

Dylan a supposé que le craquement qui l'a réveillé était le bruit des dents qui mordaient le crâne. Dans une interview à la chaîne locale Denver 7, le jeune homme a précisé qu'il avait été traîné sur 3 à 4 mètre avant de pouvoir se libérer.

«Lorsqu'il me traînait, c'est la partie qui a été la plus lente. J'ai eu l'impression que ça durait une éternité», a-t-il révélé.

La porte-parole de Colorado Parks and Wildlife, Jen Churchill, a déclaré que la traque de l'ours était une priorité.

«C'est un ours qui pourrait menacer les gens dans cette communauté et nous devons nous assurer que les animaux ont une saine peur naturelle des humains», a-t-elle précisé.

Les ours noirs ne sont généralement pas agressifs, mais ces dernières semaines ils ont attaqué plusieurs personnes en Amérique du Nord. D'habitude, ils griffent et mordent les tentes où se trouve de la nourriture.

Lire aussi:

Cet ours va vous apprendre quelques pas de danse (vidéo)
Un coureur professionnel kényan raconte comment il a fui deux ours
À 11 ans, il sauve sa famille d’un ours
Un garçon de 12 ans laisse son chiot sur le seuil d'un refuge avec une note déchirante - photos
Tags:
attaque, ours, Colorado, États-Unis
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook