Ecoutez Radio Sputnik
    Social media

    Pourquoi Facebook devrait payer ses utilisateurs

    CC0 / Pixabay
    Société
    URL courte
    1100
    S'abonner

    Depuis le début de l'ère numérique, les données d'utilisateur constituent un bien économique qui s'échange et se vend. Les grandes entreprises recueillent ou achètent les informations que les utilisateurs partagent sur Internet de manière parfaitement gratuite.

    Toute votre activité sur internet laisse une trace indélébile. Plus on possède d'appareils intelligents, plus ils collectent de donnés sur vous. Et les corporations sont prêtes à payer pour les récupérer car plus elles en savent sur un consommateur, plus elles peuvent lui vendre facilement et efficacement des marchandises et des services.

    Au XXIe siècle, les données seront un moteur de croissance et de changements aussi important que l'avait été le pétrole au XXe siècle, estiment les experts du journal britannique The Economist.

    La qualité des informations évolue avec le temps: il ne s'agit plus seulement de bases de noms ou d'autres critères strictement définis telles que le sexe, l'âge ou les revenus. La nouvelle économie exige une analyse rapide de flux énormes d'informations en temps réel. Cela concerne tout d'abord les photos et les vidéos générées par l'armée colossale des utilisateurs des réseaux sociaux.

    Ainsi, Facebook et Google utilisaient d'abord les données d'utilisateur pour mieux cibler leurs publicités. Ces dernières années, ces entreprises ont compris que de telles informations pouvaient aussi s'avérer utiles pour la création de certains services cognitifs basés sur l'intelligence artificielle, dont certains pourraient constituer de nouvelles sources de revenus.

    Il s'agit notamment de l'identification visuelle et de l'estimation de la personnalité d'une personne sur la base de ce qu'elle écrit. Toutes ces informations peuvent être vendues à d'autres sociétés qui s'en servent ensuite à leurs propres fins.

    Selon les observateurs, ce marché doit être réglementé: il faut créer les conditions pour la vente et l'achat d'informations personnelles en offrant au vendeur (l'utilisateur) le droit de définir quelles données peuvent être divulguées ou non.

    Mais, pour le moment, les gens partagent facilement leurs données personnelles en échange de services «gratuits» sur internet.
    Quoi qu'il en soit, tout le monde n'est pas d'accord avec cet état de fait. Car si les données sont le «nouveau pétrole», elles devaient logiquement constituer une nouvelle source de revenus pour leurs propriétaires.

    L'expérience pétrolière pourrait être un bon exemple. En 1976, les électeurs de l'Alaska ont adopté un amendement constitutionnel visant à créer un fonds d'investissement permanent financé grâce aux revenus de l'extraction de pétrole. Quelques années plus tard, ce fonds, qui avait accumulé des sommes importantes pendant le boom pétrolier, a commencé de payer les dividendes aux habitants enregistrés de l'État.

    Ce fonds reste toujours actif. Ces dix dernières années, les paiements annuels destinés aux habitants de l'Alaska étaient compris entre 878 et 2072 dollars. Il s'agit donc d'un véritable revenu universel versé indépendamment de la contribution sociale ou de la richesse des citoyens. Et même si l'Alaska ne fait pas partie des États les plus riches des USA, il affiche le niveau le plus faible d'inégalités matérielles et un chômage très bas, ce qui s'explique partiellement par ces dividendes.

    «C'est comme ça que doivent agir Google et Facebook, assis sur une montagne de données d'utilisateur gratuites qu'ils revendent ensuite aux annonceurs. En créant des fonds permanents de ce genre, ces entreprises apporteraient leur contribution sociale et permettraient à tout le monde de bénéficier de la ressource précieuse et créée collectivement que sont les données», estime John Thornhill, observateur du Financial Times.
    Dans ce cas-là, les utilisateurs des réseaux sociaux pourraient partager les photos de chatons tout en sachant que chaque clic leur rapporte de l'argent.

    Lire aussi:

    Un grand censeur: les règles de modération des publications de Facebook dévoilées
    Amende de 110 millions d’euros contre Facebook: dissuasif ou symbolique?
    Facebook payera 110 M EUR pour son mensonge sur la fusion avec Whatsapp
    Facebook condamné à 150.000 EUR d’amende en France: «ce n’est même pas une égratignure»
    Facebook encourage la diffusion des «fake news», d’après Maria Zakharova
    Tags:
    utilisateurs, Facebook, Inc
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik