Société
URL courte
6024
S'abonner

Suite à la tragédie de Charlottesville, une chasse aux symboles, considéré, par certains comme racistes, va bon train aux États-Unis, notamment dans l’État de Louisiane, où l’on propose de remplacer les monuments confédérés par des statues de Britney Spears grandeur nature.

Après les violences qui ont eu lieu il y a un peu plus d'une semaine à l'occasion d'une manifestation organisée par des nationalistes blancs pour protester contre le déboulonnage d'une statue du général confédéré Robert E. Lee à Charlottesville, en Virginie, les municipalités s'interrogent sur le sort à réserver aux centaines de statues, plaques commémoratives et autres monuments érigés en mémoire des États confédérés pro-esclavagistes.

Au demeurant, certains habitants de l'État de Louisiane en sont déjà venus à l'idée de remplacer le patrimoine culturel en question par des statues grandeur nature d'«un véritable héros et d'un être humain influent, Britney Spears», qui a vécu enfant dans cet Etat, relate le journal The New York Post.

À ces fins, ses fans ont même lancé une pétition sur Internet, prônant «la force de caractère» de la pop star ainsi que ses nombreuses actions en faveur de la Louisiane.

Il est à noter que la pétition a pour l'heure déjà recueilli plus de 6200 signatures.

Pour rappel, le rassemblement de Charlottesville avait attiré des membres du Ku Klux Klan, des néo-nazis et des suprématistes blancs ainsi que des contre-manifestants de sensibilité progressiste. La situation a rapidement dégénéré. Une voiture conduite par un suprématiste blanc a foncé sur les contre-manifestants, tuant une femme de 32 ans.

Lire aussi:

Sous-marins: Canberra et Washington réagissent au rappel des ambassadeurs français
Les chômeurs non vaccinés privés d’allocations en Autriche
Le canon Caesar toujours aussi performant: Prague proche d’en commander 52 unités
La maison d’édition Nawa bientôt dissoute par Gérald Darmanin
Tags:
États-Unis, Louisiane, Britney Spears, racisme, monuments culturels
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook