Ecoutez Radio Sputnik
    Edfou, l'Égypt

    Égypte: le prix des fouilles archéologiques est souvent trop élevé

    CC0 / Pixabay
    Société
    URL courte
    0 33

    Il est toujours tentant de trouver dans sa maison des objets d’Antiquité pour en faire une fortune. Des Égyptiens ont cette chance, qui s’avère cependant trop risquée. Certains aventuriers perdent leur vie lors de fouilles illégales…

    Trois «archéologues au noir» se sont intoxiqués au gaz lors de fouilles illégales destinées à trouver des artefacts de l'Égypte ancienne près d'Edfou, dans le sud de l'Égypte, relate le site youm7.

    Selon le site, ces archéologues clandestins réalisaient leurs fouilles sur le terrain d'une maison de particulier dans un village situé à proximité d'Edfou. Les «chercheurs» ont creusé un trou dans le plancher de la maison pour y réaliser une mine de 16 mètres de profondeur. Un couloir latéral a ensuite été creusé à côté du tunnel. Les archéologues au noir y ont trouvé la mort en s'asphyxiant lorsque le ballon de gaz qu'ils utilisaient pour produire de l'électricité s'est abimé.

    Ce sont les habitants du village qui ont signalé à la police l'absence de ces hommes. La police a extrait trois corps de sous la terre, une autre personne, intoxiquée, a été hospitalisée.

    Les villages contemporains situés autour du complexe archéologique d'Edfou sont construits sur les ruines d'une ville de l'Egypte ancienne dont il reste un temple colossal dédié à la triade Horus, Hathor et Harsomtous (-57), presque intact. Les habitants sont souvent pris la main dans le sac alors qu'ils essayent de procéder à des fouilles, illégales, dans leurs maisons ou leurs jardins en vue de trouver des artefacts anciens.

    Lire aussi:

    Une découverte de plus de 3.000 ans faite sur un chantier US
    Une tombe de l’époque d’Alexandre le Grand découverte en Crimée
    Mystère du sarcophage noir: une tombe pour le moins originale découverte en Égypte
    Tags:
    accident, archéologie, Égypte antique, Egypte
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik