Ecoutez Radio Sputnik
    «J'étais salafiste». Comment expliquer que de jeunes Allemands se radicalisent?

    «J'étais salafiste». Comment expliquer que de jeunes Allemands se radicalisent?

    © AP Photo / JOHN MACDOUGALL
    Société
    URL courte
    515

    On compte en Allemagne plus de 10.000 salafistes et la radicalisation est telle que de plus en plus de jeunes de rendent en Syrie pour faire la guerre aux côtés de Daech. Sputnik s’est entretenu avec Dominic Musa Schmitz qui avait raconté dans un livre sa conversion à l'islam à l’âge de 17 ans et sa plongée dans la mouvance salafiste.

    Les motifs qui poussent des jeunes à rallier l'islam radical sont variés et beaucoup sont persuadés de ce qu'ils font et ont l'impression d'avoir trouvé la vérité, a déclaré à Sputnik Dominic Musa Schmitz, ex-salafiste lui-même.

    ​«Tout d'abord, c'est la haine absolue, et il se peut que ce soit même la haine avant tout envers soi-même. Par exemple, l'attaque contre un club gay en Floride en été 2016. Il s'est avéré que l'attaquant était gay lui-même et à cause de la haine qu'il nourrissait à son propre égard, il a également haï les autres et les a tués», a expliqué l'interlocuteur de l'agence.

    Et d'ajouter que beaucoup de ceux qui se radicalisaient se sentaient tout simplement rejetés par la société.

    «Les parents doivent s'intéresser davantage à leurs enfants. […] À un certain âge, il faut prendre l'enfant par la main et l'aider à se trouver lui-même», a souligné Dominic Musa Schmitz, tout en reconnaissant qu'il n'existait cependant pas de recettes toutes faites pour protéger les adolescents contre la radicalisation.

    Il lui a fallu à lui-même des années pour s'éloigner des salafistes et reconquérir sa liberté de pensée. Aujourd'hui, il a gardé son nom, sa religion musulmane et intervient dans les écoles ou d'autres institutions pour aider d'autres jeunes à ne pas plonger dans les mouvements radicaux.

    Lire aussi:

    «Je suis Qatar»: sous la plume des imams fondamentalistes
    En Allemagne, même des musulmans de la 4e génération «ne se sentent pas comme chez eux»
    Stone condamne la «semaine de la haine» lancée contre Poutine
    Tags:
    enfants, parents, radicalisation, salafisme, Sputnik, Etat islamique, Dominic Musa Schmitz, Floride, Syrie, Allemagne
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik