Société
URL courte
2150
S'abonner

Une expérience conduite par une équipe de chercheurs de l'université de Northeastern leur a permis de comprendre pourquoi les êtres humains font preuve de plus d’empathie à l’égard des animaux que de leurs congénères.

Une étude réalisée par des chercheurs américains et publiée dans la revue scientifique Society & Animals dévoile certaines des raisons pour lesquelles nous éprouvons plus d'empathie envers les animaux qu'envers les êtres humains.

Au cours de l'expérience qu'ils ont menée, les scientifiques ont donné à lire à 240 étudiants un article qui était prétendument extrait d'un journal et racontait comment un malfaiteur s'était attaqué à sa victime avec une batte de baseball. Pour les besoins de l'expérience, les scientifiques ont changé quatre fois le profil de la victime qui, lors de l'attaque, avait perdu conscience et reçu plusieurs lacérations. La victime a été tour à tour été un enfant d'un an, un adulte de 30 ans, un chiot et un chien de six ans. 

Une fois l'article lu, les étudiants ont passé un test d'empathie qui a montré qu'ils sympathisaient avec le chiot, le chien et l'enfant, mais beaucoup moins avec l'adulte. Les chercheurs ont tiré deux grandes conclusions de leur étude.

Premièrement, les humains traitent les animaux en tant que membres à part entière de la famille.

«Ils ne traitaient pas leurs chiens en tant qu'animaux de compagnie, mais plutôt en tant que «petits enfants couverts de poils» ou en tant que membres de leurs familles, tout comme leurs propres enfants», indique le texte de l'étude.

Deuxièmement, c'est probablement notre perception de l'impuissance de la victime qui influence notre aptitude à l'empathie. L'une des raisons possibles pour laquelle c'est l'adulte qui, dans cette situation, suscite le moins de sympathie, est qu'il puisse être lui-même responsable de l'attaque qu'il a subie.

Lire aussi:

Un «confinement très serré» fait partie des scénarios envisagés, selon le gouvernement
Le professeur Raoult s’en prend au gouvernement et au Conseil de l’Ordre des médecins
La mère de Yuriy accusée d'exploitation de femmes de ménage ukrainiennes, selon Libération
Tags:
recherche, hommes, étude, chercheurs, animaux, États-Unis
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook