Société
URL courte
30360
S'abonner

Un Américain a été libéré de la prison où il a passé près de 50 ans pour des crimes qu’il n’avait pas commis, selon The Independent.

Un Américain a passé 46 ans en prison pour des crimes dont il est innocent et a été libéré après l'annulation de sa condamnation, annonce le quotidien britannique The Independent.

Wilbert Jones a été arrêté pour enlèvement et viol d'une infirmière de la ville de Baton Rouge, en Louisiane, quand il avait 19 ans. En 1974, il a été condamné à la réclusion à perpétuité sans possibilité de libération conditionnelle.

Le seul motif de ce verdict était le témoignage de la victime. Elle a reconnu M.Jones sur une des photos présentées par la police. Néanmoins, elle a déclaré que le violeur était plus grand et que sa voix était plus grave.

Les avocats de Wilbert Jones ont découvert que cette description correspondait à un autre homme arrêté pour tentative de viol 27 jours après le premier cas. Cette même personne a été arrêtée pour la même accusation en 1973, mais elle n'a été condamnée que pour un vol à main armée.

Ils ont aussi rappelé à la cour son comportement exemplaire en prison et son âge avancé. De plus, le mari de l'infirmière, décédée en 2008, n'a pas été contre la libération.

«Parfois, les cours ont besoin de beaucoup de temps pour reconnaître des fautes», a déclaré l'avocat de Wilbert Jones.

Selon le juge du procès du réexamen, les preuves de culpabilité de M.Jones étaient faibles et l'accusation a caché des faits qui auraient pu aider à établir son innocence.

Aujourd'hui, Wilbert Jones a 65 ans.

Lire aussi:

Feu vert du Sénat au pass sanitaire avec des garanties supplémentaires
Le bilan journalier des nouveaux cas en France plus de cinq fois plus élevé que la veille
Déluge de feu en terre sainte: dans l’escalade, Israël et la Palestine peuvent compter sur leurs alliés
«Le dernier rempart de la paix civile est en train de céder», s’inquiète Philippe de Villiers
Tags:
prisonniers, justice, crimes, prison, Louisiane, Baton Rouge, États-Unis
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook