Ecoutez Radio Sputnik
    Harvey Weinstein

    La vengeance des femmes: une entrepreneuse veut racheter la société de Weinstein

    © AP Photo / Chris Pizzello/Invision
    Société
    URL courte
    270

    Une femme d’affaires américaine a fait part de son intention d’acheter la maison de production Weinstein Co., dont l’ancien patron Harvey Weinstein a été «anéanti» par une série d’accusations pour harcèlement sexuel.

    La femme d'affaires américaine Maria Contreras-Sweet a l'intention d'acheter et de renommer la maison de production Weinstein Co., dont le fondateur et directeur Harvey Weinstein a perdu son poste suite à des accusations de harcèlement sexuel, informe le Wall Street Journal.

    Mme Contreras-Sweet est connue pour avoir géré le dossier des petites entreprises au sein d'administration Obama. Le journal déclare, se référant à une lettre portant sur la tractation en cours, que la femme d'affaires américaine compte se mettre à la tête du conseil d'administration et changer sa composition, accordant une préférence aux femmes.

    L'éventuelle acheteuse veut également créer un fond au profit des victimes présumées de harcèlement de la part de M.Weinstein.

    Le journal ne précise pas le montant de l'offre, mais des sources bien informées indiquent que le scandale sexuel qui touche le fondateur de la maison de production s'est traduit par une baisse de plusieurs centaines de millions de dollars du prix de la société.

    Ces derniers temps, une série de révélations pour viols et harcèlements sexuels impliquant des personnalités médiatiques ont fait la manchette. Harvey Weinstein a été accusé d'avoir harcelé une dizaine de femmes, dont Angelina Jolie, Ashley Judd et Gwyneth Paltrow.

    Lire aussi:

    L'Académie de la télévision expulse Weinstein «à vie»
    De Kevin Spacey à Mariah Carey: ceux qui sont dans l'œil du cyclone Weinstein
    Anti-BalanceTonPorc: Madame Deneuve appelle à laisser aux hommes «la liberté d'importuner»
    Tags:
    femme, harcèlement sexuel, Harvey Weinstein, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik