Société
URL courte
Par
317
S'abonner

Devenir une star, être mordu par un crocodile, détruire des œuvres d’art, mourir même… Depuis l’apparition dans notre vie des smartphones, nous sommes prêts à tout pour nous immortaliser. Attention! L’amour pour les selfies s’est transformé en maladie contaminant de plus en plus de personnes et causant des effets non désirés et gênants.

Les visiteurs de l'aéroport international Reine Beatrix situé à Aruba, dans les Caraïbes, ont récemment étaient les témoins d'une scène alarmante: un touriste en colère a battu sa petite amie pour avoir refusé de faire des selfies. Selon The Sun, l'homme a frappé à plusieurs reprises son amie, puis a essayé de lui soutirer sa valise.

Êtes-vous étonnés? Probablement que non, et pour cause: la pratique du selfie est totalement entrée dans les mœurs. Pourtant, si les uns y voient un mal, les autres attrapent leur perche à selfie et grimpent sur le toit d'un gratte-ciel afin de récolter le plus de «J'aime».

Sputnik vous propose un petit récapitulatif des évènements curieux et tragiques liés à cette manie du XXIe siècle afin de réfléchir aux conséquences de cette soi-disant maladie:

Manque de bon sens

Afin de booster sa popularité sur les réseaux sociaux, une Française de 47 ans a tenté de réaliser un selfie avec un crocodile sauvage dans le parc national de Khao Yai, au nord de Bangkok.

Ignorant tous les panneaux qui avertissaient de la dangerosité de la zone, la femme s'est trop rapprochée du crocodile, a glissé sur le sol humide et est tombée. Lorsqu'elle a tenté de se relever, l'animal l'a mordue à la jambe. La touriste a été forcée de passer quelques jours à l'hôpital.

Dégâts causés au patrimoine culturel

Un touriste venu du Brésil a voulu s'immortaliser en face d'une statue datant du XVIIIe siècle au Musée national des arts anciens de Lisbonne, au Portugal. Au bout d'un instant, la statue, déséquilibrée, est tombée par terre, où elle s'est brisée en plusieurs morceaux. Selon des experts, le dommage porté à la statue est «irréversible».

Un autre cas similaire s'est produit aux États-Unis. Une passionnée d'art visitant la galerie The 14th Factory à Los Angeles, a causé des dommages d'un montant de 200.000 dollars, lorsqu'elle a fait tomber un piédestal en essayant de prendre un selfie. Selon les informations du musée, trois sculptures ont été «endommagées de façon irréparable».

Risque et indifférence

Il y a un an, un cracheur de feu a provoqué un incendie dans une boîte de nuit à Lvov, dans l'ouest de l'Ukraine. Alors que le feu détruisait la boîte de nuit, blessant des visiteurs, certains fêtards ont pris leur temps pour prendre des selfies. Un exemple d'un incroyable risque et d'indifférence!

Mort

Tandis que la popularité des selfies bat son plein, un phénomène tragique de «mort de selfie» a fait son apparition. Voilà des chiffres bruts: en 2014, 15 personnes sont mortes alors qu'elles se prenaient en selfie, en 2015 ce nombre est passé à 39 et en 2016 il a atteint le cap des 73 décès, selon l'étude publié sur arxiv.org. C'est plus que le nombre de morts dû aux attaques de requin.

Ainsi, un homme d'origine écossaise est décédé alors qu'il tentait de se prendre en photo sur une autoroute allemande, pendant la nuit. L'accident est survenu à l'est de Hambourg. D'après la police, trois jeunes hommes voulaient traverser la route, mais se sont arrêtés au milieu pour prendre des photos. Une voiture Audi A6 a renversé l'un d'entre eux, un Écossais de 22 ans. Un homme de 73 ans était au volant du véhicule.

En 2014, un couple polonais s'est tué en chutant du cap de Roca, au Portugal, s'élevant à plus de 140 mètres au-dessus de l'océan Atlantique. Selon la presse portugaise, les victimes ont franchi la barrière de sécurité pour se rapprocher au maximum du vide et auraient cherché à prendre un selfie. Ce qui est le plus horrible, c'est que la terrible chute s'est produite devant les yeux de leurs enfants.

En 2015, Anna Ursu, une ado de 18 ans, est décédée après avoir été électrocutée alors qu'elle se prenait en photo sur le toit d'un train. Mais quand elle s'est couchée sur ce dernier et qu'elle a levé sa jambe dans les airs, elle a pris feu et est devenue une torche humaine. Sa jambe a touché un fil électrique qui a envoyé 27.000 volts dans son corps.

En avril 2014, une étudiante russe est grimpée sur le pont d'une voie ferrée d'une hauteur de neuf mètres, à Saint-Pétersbourg. Malheureusement, elle a perdu l'équilibre tout juste après avoir pris la photo, et en tentant fatalement de s'accrocher à un câble électrique, elle a reçu une décharge de 1.500 volts. Suite à l'accident, la fille est décédée.

Un jeune vétérinaire mexicain de 21 ans, Oscaro Otero Aguilar, a voulu impressionner ses amis en se prenant en photo avec un pistolet. Cela a été le selfie de trop: un coup de feu est parti de l'arme qu'il avait empruntée, rapporte le Daily Mirror.

Moments positifs

Pourtant, dans certains cas, les selfies peuvent être utiles.

Ainsi, le député géorgien Roman Gotsiridze a pu devenir une vedette sur les réseaux sociaux suite à sa tentative de prendre un selfie dans le parlement de son pays, et pour cause: l'homme politique a tenté de prendre un selfie à l'aide de la caméra arrière de son smartphone.

Plusieurs se rappellent un selfie historique: deux gymnastes, l'une de Corée du Nord, l'autre de Corée du Sud, ont posé ensemble pour un selfie qui reflète parfaitement l'esprit olympique. Les deux ont été vues en train de bavarder et rire ensemble alors qu'elles se préparaient aux qualifications de gymnastique artistique. Les photographes ont pu saisir le moment où Lee Eun-Ju faisait un signe de paix en prenant un selfie symbolique.

Lire aussi:

«La "selfie culture" a contribué à la promotion du narcissisme»
Le basketteur Kobe Bryant parmi les victimes d'un crash d'hélicoptère aux États-Unis - vidéos
Un astéroïde géant fonce droit sur la Terre
Un chien intrépide attrape un serpent pour le projeter à travers un pré – vidéo
Tags:
train, sculpture, réseaux sociaux, perche à selfie, selfie, Corée du Sud, Corée du Nord, Portugal, Brésil, Caraïbes
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via FacebookCommenter via Sputnik