Société
URL courte
1191
S'abonner

Une Américaine a été mortellement blessée par un requin alors qu'elle faisait de la plongée sous-marine au Costa Rica.

Rohina Bhandari, directrice d'une société de capital-investissement de New York, a trouvé la mort alors qu'elle passait des vacances au Costa Rica. Elle a été mortellement blessée par un requin tigre lors d'une séance de plongée sous-marine. La femme a été mordue plusieurs fois, mais a été retirée de l'eau en vie. Malheureusement, elle avait perdu beaucoup de sang et les médecins n'ont rien pu faire. Elle est décédée quelque temps plus tard, a annoncé le New York Daily News.

Le drame s'est produit au large de l'île Cocos, île costaricienne de l'océan Pacifique.

La femme, identifiée par ses amis comme Rohina Bhandari, 49 ans, faisait partie d'un groupe de 18 plongeurs qui ont été attaqués par le squale. Elle a souffert de morsures fatales à ses deux jambes et est décédée suite à une hémorragie. L'instructeur a essayé de repousser le requin, mais a également été mordu. Il se trouve actuellement dans un état grave, mais a survécu. Selon lui, le grand carnassier des mers a attaqué les membres de son groupe quand ceux-ci remontaient à la surface.

L'île Cocos est la plus grande île inhabitée du Pacifique avec un site de plongée de renommée mondiale. Depuis 1997, elle est inscrite au patrimoine mondial de l'Unesco. C'est également un parc national protégé du Costa Rica qui abrite une flore et une faune sous-marines exceptionnelles.
À la mi-septembre, un surfeur australien a miraculeusement survécu à l'attaque d'un requin blanc qui l'avait propulsé en l'air, avait mordu sa planche et avait réussi à le toucher, mais sans le blesser sérieusement.

Lire aussi:

Une bagarre entre automobilistes tourne au drame en Seine-Saint-Denis
L’étrange liquide découvert dans une ancienne tombe en Chine identifié
Un violent incendie ravage une entreprise de recyclage à Colmar – vidéos
Tags:
attaque, requins, UNESCO, Costa Rica, océan Pacifique
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook